29 novembre 2012
Deux journées de formation pour les enseignants
Par: Le Courrier

Afin de bien les outiller pour faire face aux différentes problématiques de leurs réalités respectives, une trentaine d’enseignantes et d’enseignants en formation professionnelle, membres du Syndicat de l’enseignement Val-Maska (SEVM) et travaillant à la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, ont participé le 16 novembre à une formation offerte par la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) portant sur les règles budgétaires spécifiques à ce secteur d’enseignement. Quelques enseignantes et enseignants du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu, de la Commission scolaire de Sorel-Tracy, se sont joints à eux pour l’occasion.

publicité

Les enseignantes et enseignants rencontrés par des conseillères et conseillers de la FSE ont assisté à une présentation portant sur les programmes de la formation professionnelle et ils ont pu échanger sur toutes les facettes de leur quotidien, notamment leur tâche. « Cette rencontre s’inscrit pleinement dans nos objectifs consistant à améliorer la formation de base, à accroître l’accessibilité à la formation continue, à valoriser la formation professionnelle et technique et à fournir les conditions adéquates à la réussite », a déclaré Luc Allard, vice-président du SEVM. Une autre formation a également eu lieu le lundi 19 novembre. Celle-ci portait spécifiquement sur les élèves en difficulté. Ainsi, une conseillère de la FSE a présenté aux enseignantes et enseignants du secteur des jeunes leurs droits et leurs responsabilités par rapport aux élèves de leurs classes qui éprouvent différentes difficultés. « C’est là une présentation fort appréciée par les enseignantes et enseignants. Cela leur donne des indications précieuses quant aux règles et aux procédures en place. Nous constatons qu’ils se sentent davantage outillés pour régler ou prévenir des situations parfois difficiles. C’est important de travailler à améliorer les conditions d’exercice des enseignantes et enseignants puisque cela a un impact direct sur les conditions d’apprentissage des élèves », a conclu Luc Beauregard, président du SEVM. -30-

image