12 décembre 2013
La T.o.W. sur les ondes de RDS-2
Deux lutteurs de la région dans une télé près de chez vous
Par: Maxime Prévost Durand
Thomas Dubois et Mathieu Darsigny (Toxique) font partie des lutteurs que l'on peut découvrir dans la nouvelle émission de la T.o.W. présentée en quatre épisodes à RDS-2.

Thomas Dubois et Mathieu Darsigny (Toxique) font partie des lutteurs que l'on peut découvrir dans la nouvelle émission de la T.o.W. présentée en quatre épisodes à RDS-2.

Il y avait plus de 26 ans que la lutte québécoise n’avait pas été présentée à la télé québécoise. Pour son retour à l’antenne, le temps de quatre épisodes de la T.o.W (Top of the World), on pourra y voir deux lutteurs de la région, le Maskoutain Mathieu Darsigny, alias Toxique, et le Dominiquois Thomas Dubois.

Ils font partie d’une vingtaine de lutteurs québécois qui ont été sélectionnés dans le cadre d’une série télévisée sur la T.o.W. présentée sur les ondes de RDS-2.

Mathieu Darsigny, ou plutôt Toxique, ce personnage muni d’un masque vert et d’un mohawk, se bat en équipe avec son acolyte Spark, qui ressemble étrangement au lutteur de la WWE Rey Mysterio. La paire, appelée Génération Y, a fait son apparition dans le second épisode, dans le cadre du tournoi pour remporter les ceintures de champions par équipe. Le duo se battra pour le titre contre Mass Destruction dans le troisième épisode qui sera diffusé dimanche.Darsigny en est à ses premiers pas avec la T.o.W. après plus de six ans de lutte. « J’ai fait mes débuts dans les plus basses fédérations. La G.E.W. (à Granby) m’a recruté par la suite, je me suis entraîné avec eux, et de fil en aiguille, ma carrière a pris forme. »Son personnage Toxique se veut très acrobate, fortement inspiré par les idoles de Darsigny, soit les Owen Hart, Rey Mysterio et Jeff Hardy. Au secondaire, il pratiquait notamment la gymnastique libre et il a décidé de le combiner avec la lutte afin de se démarquer par ses sauts et pirouettes spectaculaires.

Dubois, la brute

À l’inverse, Thomas Dubois joue les grosses brutes en compagnie de son partenaire de l’équipe TDT, Mathieu St-Jacques. « Quand j’arrive, on sent dans l’atmosphère qu’on va avoir droit à un gros combat. » Il a été entraîné par deux des meilleurs de la lutte québécoise, Jacques Rougeau et Sylvain Grenier.

On le verra seulement lors du quatrième épisode diffusé le 22 décembre. On a déjà pu apprécier le Dominiquois au sein de la T.o.W. notamment lors des galas 8.5 et 9. Il parcourt le Québec, l’Ontario et quelques états américains grâce à la lutte. « Je ne fais pas vraiment d’argent avec ça, mais je n’en perds pas non plus la majeure partie du temps, lance-t-il. J’aimerais bien pouvoir vivre de la lutte, c’est mon objectif. J’essaie de me faire voir le plus possible. »Un autre Maskoutain est aussi associé aux activités de la T.o.W. alors que Sébastien Maltais s’occupe du site web, du visuel et de la musique d’entrée des lutteurs dans le cadre de cette présentation télévisée.

Retrouver ses lettres de noblesse

La lutte ne jouit peut-être plus de sa popularité d’antan, alors qu’on se réunissait en famille pour l’écouter à la télé. Mais Darsigny et Dubois s’entendent pour dire qu’elle pourrait retrouver ses lettres de noblesse si on la présente correctement.

« Avec tout le talent qu’on a au Québec, la lutte est certainement capable de retrouver ses lettres de noblesse », croit celui qui incarne Toxique. Avec la série présentée par la T.o.W. en ce moment, on propose un spectacle qui saura satisfaire les vrais amateurs de lutte, sans pour autant empêcher les plus jeunes de regarder l’émission dû à une trop grande violence qui pourrait être déplorée par les parents.Avec les interventions de Pat Paterson, l’animation de Raymond Rougeau et la lutte du champion Sylvain Grenier, ex-lutteur dans la WWE, toutes les générations pourront être rejointes via cette première série de la T.o.W.

image