6 avril 2017
Carte blanche
Deux réalités différentes?
Par: Pierre Bornais

À une semaine d’intervalle, nous avons eu droit aux prévisions budgétaires aussi bien à Ottawa qu’à Québec pour l’année 2017. Il s’est agi de deux exercices tellement opposés que nous sommes en droit de nous demander si nous vivons dans une même réalité.

Au fédéral, le déficit prévu est non seulement important, mais il en sera encore de même pour les prochaines années. Au point qu’il est difficile de prévoir le retour à un équilibre dans un avenir rapproché.

Du côté provincial, c’est le contraire avec un budget présentant un surplus relativement élevé et des investissements dans plusieurs secteurs de l’économie. Pourtant, personne ne peut dire a priori que l’un ou l’autre des paliers de gouvernement ont ménagé les contribuables au cours des dernières années. Il faut avoir une mémoire courte pour avoir oublié les multiples restrictions imposées par l’ancien gouvernement Harper pour aspirer à un équilibre budgétaire bien fragile.

Et pour son deuxième budget, le gouvernement Trudeau vit plus que jamais à crédit!

Du côté de Québec, les coupures budgétaires ont fait mal à une large partie de la population. Ils sont nombreux à soutenir que c’est sur le dos des plus faibles que le gouvernement Couillard a construit ses surplus.

Par quel miracle sommes-nous arrivés à cette nouvelle situation – et si rapidement – alors qu’il y a quelques semaines encore, Québec déplorait que le fédéral ait limité les transferts aux provinces?

Comment pourra-t-on accorder crédit aux doléances futures de la province en sachant le contexte de cette dernière lutte de pouvoir?

Ottawa se serait-il fait passer un « Bombardier » sans le savoir? 

image