1 septembre 2016
Basketball en fauteuil roulant
Direction Rio pour l’arbitre Alexandre Lapointe
Par: Maxime Prévost Durand
Direction Rio pour l’arbitre Alexandre Lapointe

Direction Rio pour l’arbitre Alexandre Lapointe

À seulement 25 ans, Alexandre Lapointe participera pour la première fois aux Jeux paralympiques en tant qu’arbitre.

À seulement 25 ans, Alexandre Lapointe participera pour la première fois aux Jeux paralympiques en tant qu’arbitre.

Il y a à peine un an, Alexandre Lapointe obtenait sa licence internationale en tant qu’arbitre de basketball en fauteuil roulant. En peu de temps, il a su se faire remarquer par la Fédération internationale de basketball en fauteuil roulant, si bien qu’il s’envolera au cours des prochains jours pour participer aux Jeux paralympiques de Rio, dont les activités se mettront en branle le 7 septembre.

Publicité
Activer le son

« Ça va tellement vite! En un an et demi, j’ai obtenu ma licence de la zone des Amériques, ma licence internationale et là je vais aux Paralympiques », résume avec fierté le jeune homme de 25 ans.

Rio n’était pourtant pas dans les plans du Maskoutain, qui s’était plutôt fixé comme objectif les Jeux de Tokyo en 2020. Mais tout a déboulé rapidement et il a saisi toutes les opportunités qui se sont présentées à lui.

À l’été 2015, il obtenait sa licence internationale au terme des Jeux parapanaméricains à Toronto, lui permettant officiellement d’être appelé à arbitrer des matchs de basketball en fauteuil roulant partout dans le monde. Puis, dans les mois qui ont suivi, il était invité à titre d’arbitre neutre lors du championnat de qualification olympique de l’Afrique, tenu en Algérie.

« Deux semaines après que je sois revenu d’Algérie, je recevais l’invitation pour aller à Rio », se souvient le policier de métier. Il sera l’un des deux arbitres canadiens présents aux Jeux paralympiques cette année, l’autre étant le vétéran Sébastien Gauthier. Ce dernier en sera à sa 5e présence aux Jeux paralympiques.

En étant d’office aux Jeux de Rio, Alexandre réalisera à la fois son rêve et celui de son père, Guylain Lapointe. Arbitre international durant de nombreuses années, ce dernier n’a jamais eu l’opportunité de prendre part aux Jeux paralympiques. Il a pris sa retraite de l’arbitrage au printemps dernier, quelques mois après qu’on lui ait annoncé qu’il n’irait pas au Brésil.

Un parcours atypique

Depuis qu’il sait qu’il ira à Rio, Alexandre Lapointe a arbitré pas moins de 23 parties internationales dans le but d’être prêt pour le grand rendez-vous. « J’ai participé aux tournois préparatoires de l’équipe canadienne des hommes et des femmes à Toronto et j’ai suivi l’équipe féminine aux Pays-Bas. Ce sont des matchs préparatoires pour les athlètes, mais c’est aussi bénéfique pour moi parce que j’ai vu presque toutes les équipes qui seront aux Jeux », estime-t-il.

Le Maskoutain le sait bien, son parcours pour se rendre jusqu’aux Jeux paralympiques est plutôt atypique. « Habituellement, un parcours normal c’est de faire le Championnat du monde junior, puis le Championnat du monde féminin et celui des hommes, et ensuite les Jeux paralympiques. De mon côté, je n’ai jamais encore vécu l’expérience de Championnat du monde. »

Pour le moment, Alexandre ne sait pas encore lors de quelles parties il sera en fonction à Rio puisque les affectations ne seront connues qu’au jour le jour. La seule chose qui est certaine, c’est qu’on ne le verra pas sur le terrain lors d’une joute du Canada, par souci de partialité.

À quelques jours de partir, le Maskoutain se sentait déjà fébrile à l’idée de sauter sur le terrain à Rio. « Après avoir vu les Jeux olympiques, j’ai juste hâte de le vivre et de voir ce qu’il en est vraiment », a-t-il conclu, un large sourire au visage.

image