5 août 2021
Transformation de cannabis
Direction Sainte-Cécile-de-Milton pour Gayonica
Par: Jean-Luc Lorry

Gayonica, une entreprise spécialisée dans l’extraction des huiles et des molécules de cannabis, est en voie d’acquérir une bâtisse industrielle à Sainte-Cécile-de-Milton. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Malgré un démarrage difficile dans le parc industriel Olivier-Chalifoux à Saint-Hyacinthe, l’entreprise Gayonica, qui se spécialise dans l’extraction des huiles et des molécules de cannabis, semble avoir trouvé un nouveau souffle.

Publicité
Activer le son

Dernièrement, ses dirigeants ont signé un contrat de location avec option d’achat pour une bâtisse industrielle de 3500 pieds carrés située en bordure de la route 137 à Sainte-Cécile-de-Milton.

En novembre 2019, pour réaliser ses activités de transformation, Philippe Bonnet, président-directeur général de Gayonica, avait déboursé 2,4 M$ pour acquérir un bâtiment de 23 500 pieds carrés situé sur le boulevard Casavant Ouest à Saint-Hyacinthe. Cet ambitieux projet commandait des investissements de l’ordre de 20 M$.

La nouvelle entreprise comptait acheter sa matière première auprès d’un producteur de cannabis, puis par un processus chimique, effectuer l’extraction des huiles contenues dans la fleur du plant. Le premier marché visé par Gayonica est le milieu pharmaceutique.

« Nous allons séparer les molécules que nous aurons extraites de la plante pour en faire un produit liquide [sous forme d’huile] pouvant être dilué ainsi qu’un produit solide [sous forme de résine] », avait alors expliqué Philippe Bonnet en entrevue au COURRIER.

En août 2020, Gayonica délaissait pourtant ses installations du parc industriel en cédant la bâtisse à Barbet immobilier, une firme de gestion d’immeubles de Saint-Bruno-de-Montarville. Selon l’acte de vente dont nous avions obtenu copie, M. Bonnet avait vendu cet immeuble qui comprend un entrepôt de 20 000 pieds carrés et des espaces de bureaux pour un montant de 2,9 M$. La direction s’était faite avare de commentaires pour justifier ce départ soudain.

Selon le Registraire des entreprises du Québec, Gayonica occupe actuellement des locaux dans une tour de bureaux du quadrilatère des Galeries St-Hyacinthe. Contacté par LE COURRIER, Philippe Bonnet n’a pas souhaité confirmer son projet de développement à Sainte-Cécile-de-Milton. Par contre, l’homme d’affaires maskoutain Donald Fontaine, qui est actionnaire de Gayonica, a été plus bavard sur le sujet.

« Nous allons acheter cette bâtisse d’ici deux mois et y exercer les mêmes activités que nous avions à Saint-Hyacinthe. Nous comptons y installer un petit laboratoire en vue du développement de nos opérations », précise Donald Fontaine, vice- président de Gayonica, en entrevue au COURRIER.

Danny Delisle, propriétaire de cet édifice industriel de Sainte-Cécile-de-Milton, demande 600 000 $ pour sa propriété. M. Delisle préside l’entreprise ACAM Transport de Saint-Hyacinthe.

Le courtier immobilier au Groupe Sutton Rémy Blais a représenté Gayonica comme actuel locataire et futur acheteur de l’édifice industriel.

L’entreprise de transformation de cannabis n’est pas encore tout à fait installée dans ses nouveaux locaux où des travaux d’aménagement se font actuellement.

Cette bâtisse était précédemment occupée par Toque et tablier, une entreprise montréalaise spécialisée dans la confection de gâteaux aux fruits haut de gamme.

Changement de zonage

Pour passer de la pâtisserie à l’huile de cannabis, un changement de zonage était requis. Dernièrement, la Municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton a autorisé un changement de zonage pour permettre à Gayonica de transformer des produits provenant du cannabis.

« Cette demande nous est parvenue d’un autre propriétaire œuvrant également dans ce domaine. Il s’agit d’une activité qui n’était pas permise auparavant dans nos règlements », précise Paul Sarrazin, maire de Sainte-Cécile-de- Milton.

Selon lui, la bâtisse qui accueillera Gayonica devrait bien se prêter à ce type d’activités. « Ce bâtiment a été construit spécifiquement pour la transformation alimentaire. La ventilation a été installée en conséquence », souligne le maire du village.

image