16 janvier 2020
Dix-huit agriculteurs africains et haïtiens en mission agricole et organisationnelle en Montérégie
Par: Le Courrier

La Fédération de l’UPA Montérégie a pris part à un programme d’échange international qui a permis à 18 agriculteurs africains et haïtiens de séjourner une semaine sur des fermes de la région afin d’échanger leurs connaissances. Photo gracieuseté

Un groupe de délégués du Bénin, du Burkina Faso, d’Haïti, du Mali, du Sénégal et de la République du Congo ont quitté leur terre natale, les 13 et 14 novembre, pour réaliser une mission agricole et organisationnelle en Montérégie.

Publicité
Activer le son

Organisé par l’UPA Développement international (UPA DI), ce stage se déroulait du 13 novembre au 8 décembre et permettait aux leaders de ces organisations paysannes de se familiariser avec la vie associative de l’UPA et de parfaire leurs connaissances sur la production agricole d’ici. Tout un programme de rencontres et d’échanges a été développé avec l’appui de la Fédération de l’UPA Montérégie.

Du 22 au 30 novembre, les 18 délégués séjournaient dans des fermes de la région recrutées par la Fédération. « Pour les agricultrices et les agriculteurs des fermes hôtes, ce séjour était une occasion unique de voyager tout en restant chez eux. Ils avaient la chance de découvrir plusieurs facettes de l’agriculture et de la culture de ces pays. Une expérience des plus enrichissantes qui démontre bien notre ouverture sur le monde, mais surtout que l’agriculture va bien au-delà desfrontières », affirme Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’UPA Montérégie et producteur de porcs qui accueillait lui-même deux délégués sur sa ferme.

À leur retour, les délégués auront comme mandat de partager leurs savoirs avec les membres de leurs organisations qui bénéficieront grandement de ces connaissances. Ce stage se déroule dans le cadre du programme Réseau Agro-Innov grâce à l’appui financier d’Affaires mondiales Canada (AMC). Le secrétaire général d’UPA Développement international, André D. Beaudoin, a déclaré que de tels échanges directs entre agriculteurs du Nord et du Sud sont de beaux exemples de mondialisation des solidarités. « En se regroupant et en s’organisant, les producteurs agricoles peuvent obtenir de meilleures conditions de vie et relever ensemble le défi de la souveraineté alimentaire. À l’UPA DI, nous voulons partager notre expérience et permettre une rencontre entre frères et sœurs de terre puisque tous, à leur façon et dans leur pays, œuvrent à nourrir notre monde. »

image