19 octobre 2017
District Saint-Sacrement
Donald Poirier de retour sur le terrain
Par: Benoît Lapierre
Donald Poirier, candidat dans le district Saint-Sacrement.   Photo François Larivière | Le Courrier ©

Donald Poirier, candidat dans le district Saint-Sacrement. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Candidat à l’élection partielle de 2016 dans le district Saint-Sacrement, Donald Poirier y est de retour pour une autre campagne, cette fois en vue du scrutin général du 5 novembre.

publicité

« Je suis plus prêt que je ne l’étais la dernière fois, les gens me connaissent mieux et sont réceptifs », dit ce résident de Saint-Thomas-d’Aquin qui connaît aussi le district Saint-Sacrement comme le fond de sa poche. Il est né dans ce quartier et y demeurait encore jusqu’à tout récemment.
Cet opérateur de machinerie lourde est presque complètement remis des graves blessures qu’il a subies dans un accident de chantier survenu le 31 janvier. À quelque chose malheur est bon, dit le proverbe, et ses traitements en ergothérapie lui ont permis de découvrir le Centre aquatique Desjardins avec émerveillement. « La piscine, c’est vraiment très bien et j’invite tout le monde à aller voir ça », lance-t-il.
À 53 ans, il aimerait faire profiter ses concitoyens de son expérience dans les infrastructures de rue. À ce propos, il se dit plutôt d’accord avec une politique sur les trottoirs qui en réduirait le nombre, pour un meilleur entretien de ceux conservés. « C’est un plan qui peut être mis de l’avant après consultation des citoyens. Je vois beaucoup de trottoirs en mauvais état dans Saint-Sacrement, et je trouve ça plus dangereux que pas de trottoir du tout. »
Le projet du tunnel Casavant est aussi un dossier qu’il entend suivre de près s’il est élu. Il a été très étonné d’apprendre que le CN voulait éliminer le passage à niveau du Grand Rang après la construction de l’ouvrage. « C’est quelque chose que je ne comprends pas. Cette traverse doit rester là », estime-t-il.
Comme sa conjointe, Linda Roy, il est préoccupé par la question du transport en commun et des déplacements en ville. Il croit que Saint-Hyacinthe devrait envisager l’implantation d’un service Bixi, avec stations au terminus d’autobus, au Cégep et à la Polyvalente Hyacinthe-Delorme. « Les jeunes pourraient s’occuper eux-mêmes de l’entretien des vélos », imagine-t-il.
Il n’est pas contre l’arrivée de Réseau Sélection à Saint-Hyacinthe, à un autre endroit que le stationnement du Centre des arts. « Le centre-ville ne veut pas de ce projet, et c’est beaucoup trop d’investissements par la Ville avant que ça devienne rentable. » Et comme bien d’autres candidats, il prône le maintien des avis publics dans le journal. Il propose aussi que la Ville honore, d’une manière ou d’une autre, la mémoire de Paul Brodeur, fondateur de la coopérative d’habitation qui a développé tout le secteur des rues Sainte-Catherine et Bourassa. 

image