13 août 2015
Donnons la chance aux coureurs
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

M. Bourassa,

La lecture de votre éditorial du 6 août, qui dresse l’état des lieux en ce début de campagne électorale me laisse perplexe. Je ne m’attendais pas à un texte teinté d’enthousiasme quant au déclenchement hâtif d’une trop longue campagne, mais je n’appréhendais pas non plus à une telle description des défis auxquels devront faire face les parties prenantes (candidats et partis).

Ainsi, selon votre texte, un transfuge qui ne devra qu’expliquer son changement d’allégeance, une candidate qui en est à sa troisième tentative et qui devra surveiller ses arrières, un candidat qui devra compter sur la chance pour assoir la pertinence de son parti et un poteau-vedette parachuté se feront la lutte. Une lutte inutile de surcroît, le résultat final étant l’affaire des campagnes nationales. Une telle formulation, même si elle résiste parfois à l’épreuve des faits, élève le cynisme au niveau de l’analyse et mine l’authenticité de notre implication. À mon humble avis, aucun des candidats en lice ne mérite, d’entrée de jeu, un tel croc-en-jambe.

Mme Sansoucy, M. Filion et moi-même avons des feuilles de route qui reflètent une implication de longue date dans le comté. Nous sommes des citoyens engagés qui ont à coeur le bien-être de leur communauté et qui donneront le meilleur d’eux-mêmes au cours des prochaines semaines. Quant à M. Léveillé, soyons fairplay et donnons lachance au coureur.

Le soir du 19 octobre, trois d’entre nous devront panser leurs plaies et féliciter le (la) gagnant(e). D’ici là, donnez-nous la chance de sourire du haut de nos affiches et de porter nos messages respectifs, la population le mérite.

Bonne campagne aux candidats et aux médias!

image