22 août 2013
Les élections à Saint-Louis
Doris Gosselin fait durer le suspense
Par: Le Courrier

Malgré un premier mandat qui a été ponctué d’affrontements entre anciens et nouveaux au sein de son conseil, la mairesse du village de Saint-Louis, Doris Gosselin, voit dans tout ce qui a été réalisé une bonne motivation à poursuivre sa mission.

Mais elle assure n’avoir encore rien décidé, et elle n’entend faire aucune annonce avant la période de production des déclarations de candidature, laquelle commencera le 20 septembre et se terminera le 4 octobre, en prévision du scrutin du 3 novembre.« Oui, ça a été un mandat actif, et c’est ce que je veux avoir la chance de dire. Ce n’est pas vrai qu’on n’a rien fait, nous n’avons jamais arrêté, nous avons accompli beaucoup de choses, et ce sont des activités qui n’existaient pas auparavant », soutient Doris Gosselin.Elle fait notamment allusion à la remise sur pied du comité Vitalité, lequel a réalisé le tout premier dépliant publicitaire sur Saint-Louis grâce à une subvention du Pacte rural. Le comité a aussi fait installer des panneaux d’accueil aux entrées du village et a tenu cet été son deuxième Marché du terroir.Mme Gosselin est également fière de la mise sur pied de l’activité « Hommage à nos gradués », soulignant les succès des écoliers du village, de même que de la nouvelle soirée de remerciement aux bénévoles et de l’activité d’accueil des arrivants à Saint-Louis, créée l’an dernier.Elle souligne que sur le plan financier, la municipalité se trouve dans une bonne position pour envisager l’avenir, et ce, malgré une dépense imprévue d’environ 200 000 $ découlant de travaux de consolidation des berges d’un affluent de la rivière Salvail. C’est la part de 10 % que Saint-Louis a dû consacrer à une intervention de 2,2 millions $ dont l’urgence a été constatée après le funeste glissement de terrain du 10 mai 2010 à Saint-Jude. « L’année 2013 sera une année d’équilibre budgétaire », annonce la mairesse.Parmi les gros dossiers auxquels le village est confronté, il y a celui de l’insuffisance de l’approvisionnement en eau de l’usine des Aliments Whyte’s, spécialisée dans les marinades et condiments. La Régie de l’aqueduc intermunicipale du Bas-Richelieu s’est penchée sur la question et transmettra sous peu un rapport à la municipalité. « Aliments Whyte’s a besoin de 500 mètres cubes d’eau par période de huit heures, tandis que le débit réservé à Saint-Louis est de 687 mètres cubes par jour. On ne peut pas leur donner plus d’eau que nous en avons », explique Mme Gosselin.La dynamisation du secteur agricole est un autre projet qui est en marche à Saint-Louis, de concert avec la municipalité de Saint-Marcel-de-Richelieu. « Nous avons mandaté un consultant pour la préparation d’un plan d’action », signale la mairesse.Bref, ce ne sont pas les projets qui manquent pour le prochain conseil, dans la mesure où il aura la capacité de s’y attaquer. « Il faut mettre l’accent sur la formation des élus et des employés. Pour bien exercer son mandat, il faut d’abord comprendre en quoi il consiste », estime Doris Gosselin, qui garde espoir pour la suite des choses.« Je me réjouis du fait que l’élection de 2009 a suscité, dans le coeur de plusieurs citoyens, le désir de s’impliquer dans la politique municipale. Saint-Louis ne sera plus jamais pareille. Quelques-uns sont partis, d’autres partiront, et ceux qui resteront apporteront à la fonction publique municipale ce vent de fraîcheur, de nouveauté et d’élan vers l’avenir si nécessaire au développement de notre municipalité », a-t-elle conclu.

image