11 janvier 2018
En 2018
Dossiers à surveiller
Par: Martin Bourassa

Nul ne peut prédire avec certitude de quoi sera faite l’année 2018 sur la scène locale et régionale, mais d’ores et déjà, on sait que certains dossiers retiendront l’attention du COURRIER, donc de ses lecteurs, au cours des prochains mois.

Du côté de la politique municipale à Saint-Hyacinthe, nous continuerons de suivre les développements dans le dossier Réseau Sélection. L’usine de biométhanisation devrait être inaugurée plus tôt que tard et le centre de congrès municipal devrait trouver sa vitesse de croisière au printemps, avec l’ouverture du Sheraton. Il faudra aussi porter une attention particulière à la dynamique autour de la table du conseil. Il est encore bien tôt pour se faire une opinion précise des nouveaux élus. Nous avons hâte de voir si, par exemple, Jeannot Caron changera la politique municipale ou si la politique le changera.
Pour l’instant, la seconde option semble se dessiner à l’horizon. Parlant de ça, on attend dans un horizon rapproché qu’on daigne exposer aux Maskoutains le plan directeur des trottoirs et la nouvelle politique d’art public de la Ville de Saint-Hyacinthe.
Il faudra aussi avoir à l’œil les relations entre la ville-centre et la MRC, tout comme celles entre Saint-Hyacinthe Technopole et DEM. On a cru comprendre des commentaires émis par le maire Claude Corbeil au dépôt du budget qu’il y a encore des zones grises autour des rôles de ces deux structures économiques. C’est assez incompréhensible qu’il en soit encore ainsi.
Au niveau scolaire, l’année 2018 s’annonce intéressante. Un nouveau directeur général fera son apparition au Cégep de Saint-Hyacinthe en remplacement de Roger Sylvestre qui doit quitter le 16 mars. Hâte de voir si le conseil d’administration osera exiger du prochain directeur général qu’il s’établisse à Saint-Hyacinthe. D’autres collèges en région le suggèrent à leurs cadres.
Du côté de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, elle devra résoudre le problème posé par la fermeture préventive du pavillon de l’école des Passereaux et gérer la surpopulation dans certaines écoles, dont à l’école Douville et à l’école secondaire Fadette. Pas certain que Québec soit d’un grand support à court terme, donc des réaménagements de bassins ou des roulottes mobiles comme celles qui devraient être installées au palais de justice sont à prévoir.
Un moment fort de l’année se déroulera cet automne, alors que la campagne électorale provinciale fera rage. Localement, on a hâte de voir si le Parti québécois arrivera à se renouveler et qui acceptera de se sacrifier pour la cause du Parti libéral. On voit mal comment ou avec qui Québec Solidaire pourrait émerger de l’ombre, bref qui pourrait bien inquiéter la députée caquiste sortante qui aura un fort bilan à présenter. Chantal Soucy doit d’ailleurs une fière chandelle à Gaétan Barrette pour la rénovation de l’urgence d’Honoré-Mercier, un autre chantier qui devrait progresser un peu en 2018.

image