15 septembre 2011
Du Lemire à l’état pur… et au goût du jour
Par: Le Courrier
Daniel Lemire sera en spectacle le vendredi 16 septembre au Centre des arts Juliette-Lassonde à 20 heures.

Daniel Lemire sera en spectacle le vendredi 16 septembre au Centre des arts Juliette-Lassonde à 20 heures.

Après avoir donné deux représentations à guichets fermés l’année dernière, Daniel Lemire est de retour sur les planches du Centre des arts Juliette-Lassonde le vendredi 16 septembre dès 20 heures pour une deuxième supplémentaire de Lemire, son neuvième one man show en carrière.

Publicité
Activer le son

Après dix ans d’absence en spectacle solo, Daniel Lemire ne réinvente pas sa recette, il l’adapte au goût du jour. Des numéros à l’humour satirique et empreint d’absurdité, des personnages caricaturés et une place pour le stand-up en début de spectacle. Le tout, à travers un discours politique et social. C’est du Lemire à l’état pur.

Commençant sa deuxième année de tournée avec près de 80 000 billets vendus, l’humour de Lemire semble avoir résisté au temps. « On se demande toujours si on est au goût du jour, car les goûts changent avec le temps. En plus, il y a déjà beaucoup de spectacle d’humour au Québec. Mais la réponse du public a été probante et on en est encore plus reconnaissant », exprime M. Lemire, dans une entrevue téléphonique avec LE COURRIER. À travers ce spectacle, le public aura évidemment l’occasion de renouer avec quelques personnages vedettes de Lemire datant du début de sa carrière dans les années 80 tels l’Oncle George qui, maintenant avec l’âge, est devenu membre d’un programme de clown pour aînés, ou encore, Ronnie Dubé, « l’éternel dans les vapes ».« Ce sont des personnages que j’aime beaucoup jouer, c’est n’est pas une corvée pour moi. En plus, ce sont mes personnages les plus payants, s’esclaffe-t-il. Il s’agit de les renouveller et de changer le contexte dans lequel je les positionne. »L’humoriste a aussi ajouté des nouveaux personnages lui permettant d’aborder des sujets d’actualité dans lesquels il voit une absurdité. Il intègre, entre autres, un douanier afin d’aborder la sécurité excessive pratiquée aux douanes qui « frise la paranoïa », selon lui. Il interprète aussi un fraudeur à la Earl Jones, mais qui fraude une personne dont le parent est dans les Hells Angels. Ou encore, il joue un homme qui, s’étant préparé à l’avance pour l’été ensoleillé prédit par les météorologues trois mois à l’avance, fait une crise vu sa déception. « Ce sont des situations qui me font rire. Parfois les météorologues ne sont pas capables de prédire la météo d’une journée à l’autre et pourtant, au mois de mars, on prédit un bel été, alors que finalement il est laid. »Lemire a adopté dans ce neuvième one man show une formule relevant davantage du sketch. Il partage d’ailleurs la scène à quelques reprises avec deux comédiens. Il les intègre, entre autres, dans un sketch portant sur les réseaux sociaux, où son personnage « engueule » un couple dans un restaurant parce que l’un des deux conjoints n’a pas répondu à sa demande d’amitié sur Facebook. « J’ai déjà intégré des comédiens dans des spectacles précédents, mais là ils sont plus présents. Ça s’est fait naturellement. J’avais des idées qui impliquaient d’autres gens et ça me permettait d’aborder d’autres angles. »Daniel Lemire sera en tournée un peu partout au Québec au cours de l’année 2011-2012. Il en profite pour offrir des supplémentaires dans les villes où les billets se sont vendus rapidement et dans celles où il n’avait pas eu l’occasion de passer depuis longtemps comme le Bas-du-Fleuve, la Côte-Nord et l’Abitibi.

image