10 décembre 2015
Laboratoire clandestin à Sainte-Madeleine : trois arrestations
Du matériel pour produire trois millions de pilules
Par: Maxime Prévost Durand
Du matériel pour produire trois millions de pilules

Du matériel pour produire trois millions de pilules

Les trois individus arrêtés sont toujours détenus. Aucun d’eux ne résidait à Sainte-Madeleine. Photo Bruno Beauregard

Les trois individus arrêtés sont toujours détenus. Aucun d’eux ne résidait à Sainte-Madeleine. Photo Bruno Beauregard

La Gendarmerie royale canadienne et les policiers de la Sûreté du Québec ont démantelé, dans la nuit du 2 au 3 décembre, un important laboratoire clandestin de production de drogue dans un garage de la rue Saint-Jean-Baptiste, à Sainte-Madeleine. Trois hommes y ont été arrêtés et font maintenant face à la justice.

Publicité
Activer le son

D’après le sergent Luc Thibault, porte-­parole de la GRC, une importante ­quantité de produits a été saisie, ­représentant une capacité de production de plus de trois millions de comprimés de méthamphétamine, une dangereuse drogue de synthèse.

Dans le laboratoire de la rue Saint-Jean-Baptiste, les policiers ont trouvé ­notamment une presse à comprimés à dix poinçons, un mélangeur, de même que plusieurs poinçons portant le sigle « ice ».

Trois individus se trouvaient sur place lors de la frappe policière et sont tous ­repartis les menottes au poignet. Il s’agit de Francis Toupin-Bergevin, de Saint-­Césaire, Danny Rivière, de L’Assomption, et Andrew Bangs, d’Ottawa.

Ils ont comparu au Palais de justice de Saint-Hyacinthe vendredi et font face à des accusations de complot dans le but de produire de la drogue de synthèse, ­production de drogue de synthèse, ­possession de drogue dans le but d’en faire le trafic et de possession de matériel pouvant servir à la production d’une substance illicite.

Les trois accusés sont demeurés ­détenus et doivent revenir en cour le 21 décembre pour l’enquête de cautionnement.

L’Unité mixte d’enquête sur le crime organisé de la GRC a mené la frappe, en compagnie de l’Escouade régionale mixte de la Sûreté du Québec. Les ­pompiers de Sainte-Madeleine ont été demandés en assistance pour la décontamination du laboratoire. « Toute drogue produite de façon artisanale comporte des dangers d’explosion et d’émanation de vapeurs toxiques », a indiqué le sergent Thibault pour justifier l’intervention des pompiers.

D’autres perquisitions ont été menées simultanément du côté de Saint-Césaire, dans un hangar et la résidence de Francis Bergevin-Toupin, de même qu’à ­L’Assomption, dans Lanaudière, au ­domicile de Danny Rivière.

« Selon les informations reçues, ces ­arrestations mettent fin à l’enquête. Rien ne démontre qu’ils étaient reliés au crime organisé », a précisé le sergent Thibault. L’opération policière a été menée au terme de deux semaines d’enquête. Des spécialistes des corps policiers sont restés sur place pendant de nombreuses heures.

image