19 avril 2012
Du vert et du bleu
Par: Martin Bourassa

La décision du Groupe Robin de construire une tour de bureaux verte dans le projet M a mis la direction des Galeries St-Hyacinthe et des centres d’achats Beauward dans une colère bleue. Nous en avions eu un aperçu à la séance du conseil du 2 avril quand le directeur des Galeries a servi une petite volée de bois vert aux élus.

publicité

La décision du Groupe Robin de construire une tour de bureaux verte dans le projet M a mis la direction des Galeries St-Hyacinthe et des centres d’achats Beauward dans une colère bleue. Nous en avions eu un aperçu à la séance du conseil du 2 avril quand le directeur des Galeries a servi une petite volée de bois vert aux élus.

On raconte que depuis ce temps, Beauward a multiplié les pressions pour convaincre le conseil de ne pas modifier le schéma d’aménagement à l’avantage de Robin, allant même jusqu’à se présenter à plusieurs à un comité plénier.Selon mes informations, cette visite aurait indisposé certains élus qui ont vu dans cette démarche une tentative d’intimidation à peine voilée.La direction des Galeries est revenue à la charge une troisième fois, à la séance du conseil de lundi, avant que les élus se prononcent et votent sur le règlement autorisant le changement de zonage. Les Galeries auraient voulu que la Ville retarde sa décision, le temps de mener une consultation élargie sur le sujet…Les Galeries se disaient même prêtes à fournir des études et des analyses. On devine sans mal les conclusions de ces études. Mais une majorité d’élus ne s’est pas laissé impressionner et a donné le feu vert au processus qui pourrait permettre, à terme, le changement de zonage. Si cela se confirme, les Galeries et Robin auront sensiblement les mêmes armes pour rivaliser dans le secteur du bureau. On brisera du même coup un semblant de monopole, quoiqu’en disent les Galeries, un promoteur qui jouissait d’un avantage certain sur la concurrence depuis l’adoption du récent schéma d’aménagement. Et mon petit doigt me dit que si Robin investit dans la construction d’une tour de bureaux, ce n’est pas sur une base purement spéculative, c’est qu’il doit déjà avoir des locataires de prestige en vue. Au grand dam des Galeries qui n’ont pas de vitrine à offrir sur la 20, malgré des commodités et des installations de premier plan. À suivre…

M.B.

image