16 janvier 2020
Ville de Saint-Hyacinthe
Échos du conseil
Par: Rémi Léonard

La plus récente séance publique du conseil, la dernière de l’année 2019, aura été beaucoup plus calme que l’an dernier à Saint-Hyacinthe. Le 17 décembre 2018, l’hôtel de ville était investi par des dizaines de citoyens qui ont tenté, en vain, de bloquer l’adoption des mesures venant créer un « centre-ville riverain » ouvert à la densification. L’assemblée du 16 décembre dernier aura été beaucoup plus sereine, mais quelques dossiers ont tout de même retenu notre attention, sans compter le budget 2020, qui a été présenté dans notre édition du 19 décembre.

Publicité
Activer le son

Urgence au centre-ville?

À la période de questions, le citoyen Daniel Malenfant a justement évoqué cette soirée du 17 décembre et les règlements qui ont rendu possible la construction d’immeubles pouvant aller jusqu’à huit étages dans certaines portions du centre-ville. Un an plus tard, alors qu’aucun projet de ce genre n’a encore levé de terre, le citoyen se questionnait sur la justification qui avait alors été employée par la Ville, à savoir qu’il y avait « urgence d’agir ». Les citoyens avaient en effet demandé aux élus d’à tout le moins reporter le vote considérant l’absence d’acceptabilité sociale, mais sans succès. « Il y a urgence d’agir parce que le développement du centre-ville est une priorité […] Si on ne bouge pas dans le centre-ville, tout va se passer dans le nord et ce n’est pas ce que l’on veut », a répondu le maire Corbeil.

Et la promenade?

M. Malenfant a alors demandé pourquoi le projet de revitalisation de la promenade Gérard-Côté était absent du plus récent programme triennal d’immobilisations adopté par la Ville. Tout en assurant qu’il s’agissait bel et bien d’une priorité, M. Corbeil a expliqué que la réalisation du projet est conditionnelle à l’obtention d’importantes subventions. « On est toujours en attente […], alors on est allé avec les dossiers qui sont sûrs et certains », a précisé le maire. Son interlocuteur lui a alors fait remarquer que c’est précisément la même situation que celle du centre d’activité physique pour les 50 ans et plus, qui se retrouve pourtant dans le document. « Vous avez raison, on aurait aussi pu décider de ne pas l’inclure, mais je pense que ça rassurait les gens du milieu », a indiqué le directeur général, précisant aussi qu’un projet de plus de 30 M$ (promenade) n’a pas le même impact qu’un de 8 M$ (centre d’activité).

L’étude d’impact reportée

Le maire Claude Corbeil a par ailleurs reconnu que l’étude d’impact sur la santé, qu’il avait promis de faire réaliser par la Santé publique dans le secteur du centre-ville, sera finalement reportée au printemps 2020. Rappelons que le maire avait annoncé cette mesure en mars 2018, en même temps que le report du projet de Groupe Sélection dans sa première mouture (une tour de quinze étages voisine du Centre des arts Juliette-Lassonde). C’est à la suite d’une question de la citoyenne Chantal Goulet que le maire a livré cette précision.

Logement social : des besoins criants

Parlant de précision, Mme Goulet voulait également en apporter une autre sur le dossier du logement social. Elle a demandé au maire Corbeil si les 125 nouveaux logements sociaux, abordables et communautaires promis récemment allaient être créés en plus des 43 inclus dans le projet Le Concorde, prévu depuis des années. M. Corbeil a alors confirmé que les 125 étaient effectivement des logements supplémentaires. Pour illustrer les besoins criants, Mme Goulet a fait savoir que la liste d’attente de l’Office d’habitation atteignait maintenant 349 ménages.

Environnement : une seconde consultation

Le prochain plan de développement durable de la Ville de Saint-Hyacinthe prend tranquillement forme et les Maskoutains sont invités à une autre soirée de consultation le 22 janvier à 19 h au Centre culturel Humania. Les citoyens pourront proposer des actions concrètes qu’ils souhaiteraient voir leur Ville mettre en pratique sous forme de table ronde. On peut s’inscrire à la soirée du 22 janvier et consulter la documentation sur le site de la Ville, sous l’onglet « Consultations publiques », pour en apprendre plus sur la démarche réalisée jusqu’ici.

image