23 juillet 2020
Échos du palais de justice
Par: Olivier Dénommée
Publicité
Activer le son

Jean-Guy Robert : le procès suit son cours

La première moitié du procès de Jean-Guy S. Robert, ex-policier de Bromont accusé d’agression sexuelle avec lésions sur une jeune femme lors d’une fête tenue à Saint-Liboire en 2018, a eu lieu comme prévu au palais de justice de Saint-Hyacinthe durant la semaine du 29 juin. Les trois premiers jours du procès ont permis à la procureure du DPCP, Me Marie-Claude Morin, de faire entendre ses témoins dans cette affaire. La prochaine étape est prévue dans la semaine du 3 août, où ce sera au tour de la défense de faire entendre ses propres témoins. Cette affaire est entendue par un juge seul.

Éric Tremblay : requête en séparation à venir

Le dossier d’Éric Tremblay, Saint-Pien de 40 ans accusé depuis cet hiver d’agressions sexuelles sur deux adolescents entre 2001 et 2008, devrait revenir le 18 septembre devant un juge au palais de justice de Saint-Hyacinthe pour une requête en séparation des chefs d’accusation. Cette requête faite par la défense, si elle est acceptée, voudrait dire que Tremblay passerait à travers deux procès distincts à Saint-Hyacinthe, en plus des procédures qui sont déjà entamées indépendamment au palais de justice de Sorel pour des accusations de leurre informatique, puis de production et de possession de pornographie juvénile déposées en 2019. Me Marie-Claude Morin, représentant la Couronne dans ce dossier à Saint-Hyacinthe, mentionne que cette requête est inhabituelle dans un procès devant juge seul, ce qui doit être le cas pour Éric Tremblay, et qu’elle contestera cette demande.

Gilles Robineau : enquête préliminaire l’hiver prochain

Après plusieurs reports, l’enquête préliminaire dans le dossier de Gilles Robineau, ancien enseignant maskoutain de 69 ans, devrait enfin aller de l’avant les 15, 16 et 17 février ainsi que le 9 mars 2021, en vue d’un procès devant jury. Rappelons qu’il a été arrêté le 28 novembre 2018 pour des accusations d’attentat à la pudeur sur six filles d’âge mineur pour des faits remontant au tournant des années 80. Depuis, au moins trois autres victimes présumées se sont ajoutées à son dossier. Gilles Robineau avait plaidé non coupable à ces accusations en janvier 2019.

image