1 décembre 2011
Eddy King fait ses classes
Par: Le Courrier

Eddy King, humoriste montréalais d’origine congolaise, a visité, mardi, les étudiants du Cégep de Saint-Hyacinthe et des élèves de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme. Il leur a présenté un avant-goût de son premier one-man-show qu’il présentera en janvier au Centre des arts Juliette-Lassonde.

publicité

Si le nom d’Eddy King vous dit quelque chose, c’est que vous l’avez sûrement vu faire des apparitions lors de galas et de soirées d’humour, dont le gala Juste pour rire de Rachid Badouri, en 2008, ou encore, en première partie du spectacle Arrête ton cinéma!, premier spectacle solo de Rachid Badouri.

Issu du milieu du rap montréalais, avec le groupe Dögone Tribe, c’est en se classant parmi les finalistes du concours En route vers mon premier gala de Juste pour rire qu’Eddy King a fait ses premiers pas en humour. Depuis, il a entamé, en octobre, une première tournée de son spectacle éponyme qui compte près d’une cinquantaine de représentations. Voulant faire sa place dans le marché de l’humour au Québec, King parvient à se démarquer par son approche anecdotique des thèmes qui, pourtant, s’inscrivent dans le déjà vu. « C’est sûr que ma manière d’aborder les thèmes est différente parce que ce sont des thèmes en rapport avec moi, mais aussi avec mon vécu », précise l’humoriste.Ce dernier profite de ce spectacle pour se présenter au public et raconter la manière dont il a grandi en France et ses expériences vécues au Québec. À travers ses anecdotes, il aborde des thèmes tels l’éducation à la maison et à l’école, les différences culturelles tant linguistique que physique, mais aussi le profilage racial dans les rues, à l’école et dans les médias, et ce, au Québec, en France et aux États-Unis.« Le profilage racial n’est pas le même en France qu’au Québec. En France, on vous tape carrément dessus. Tandis qu’ici, on vous tape avec des tickets », souligne-t-il.Préoccupé par les problèmes de société, King aborde aussi le phénomène des gangs de rues et la relation qui existe entre les jeunes de la rue et la police. Ce dernier a d’ailleurs déjà travaillé en collaboration avec la police de Montréal dans le cadre du programme La Petite-Patrie, servant à rapprocher les services de la police et les besoins de la population.« Ce programme a été mis sur pied pour que les liens entre la police et la population soient là tôt. En France, le lien entre la police et les jeunes n’existe plus. Mais au Québec, il y a encore une possibilité pour établir un lien entre la police et les jeunes », commente-t-il.Eddy King présentera son premier one-man-show le vendredi 27 janvier au Centre des arts Juliette-Lassonde dès 20 h. Avec la présentation d’une carte étudiante, un rabais de 50 % est applicable, jusqu’à mardi, à l’achat d’un billet pour ce spectacle. De plus, Juste pour rire ajoute une promotion. Avec l’achat d’un billet pour les spectacles de Stéphane Rousseau, Jean-Marc Parent, ou encore, Arturo Brachetti, un rabais de 50 % est applicable à l’achat d’un billet pour le spectacle d’Eddy King.

image