31 mai 2012
Le vide laissé par la maison Casimir-Dessaulles sera bientôt comblé
Effacer la cicatrice
Par: Le Courrier
Les fondations de l'édifice qui remplacera la maison de Georges-Casimir Dessaulles ont été coulées au cours des derniers jours.

Les fondations de l'édifice qui remplacera la maison de Georges-Casimir Dessaulles ont été coulées au cours des derniers jours.

Le grand chantier de construction s’est ouvert, cette semaine, sur le site de la défunte maison de Georges-Casimir Dessaulles, ravagée par un violent incendie en novembre 2010.

publicité

Les propriétaires, Me Maxime David et Me Daniel St-Pierre, rétabliront bientôt l’étude de notaires dans le tout nouvel édifice, avenue de l’Hôtel-Dieu.

Bien que le nouveau bâtiment ne reproduira pas la maison Casimir-Dessaulles, les propriétaires se sont fait un point d’honneur de respecter le style architectural environnant qui témoigne d’un pan d’histoire de la Ville de Saint-Hyacinthe.« C’était impératif de respecter le plan d’intégration architectural en vigueur et de donner un cachet qui s’harmonise bien avec les édifices voisins tout en se conformant aussi aux nouvelles normes de la construction. Son aspect s’intègre bien au quartier et il pourra traverser le temps », a commenté Me St-Pierre, heureux du dénouement.Si la construction se déroule comme prévu, les notaires pourraient élire domicile dans leurs nouveaux locaux dès le début de l’automne, près de deux ans jour pour jour après avoir été chassés par le sinistre.

Longue attente

L’incendie dévastateur qui avait réduit en cendres la résidence historique avait laissé une cicatrice béante dans l’un des quartiers historiques de Saint-Hyacinthe, juste en face du perron de la Cathédrale. Plusieurs mois ont passé avant que la reconstruction s’amorce finalement.

Ce délai est en partie attribuable à l’élan de sympathie soulevé à l’endroit de la maison patrimoniale au lendemain de sa destruction. Alors que les assureurs concluaient à une perte totale, un comité d’ardents défenseurs s’était formé pour restaurer ce qui fut décrit comme un centre névralgique de l’histoire locale, mais aussi régionale et nationale.Après avoir financé une expertise architecturale, la Ville de Saint-Hyacinthe avait elle aussi conclu à une perte totale et rejeté toute implication dans la sauvegarde de l’édifice. La résidence de Georges-Casimir Dessaulles, échevin, maire, puis député et sénateur, avait été construite entre 1854 et 1857 par le notaire André-Augustin Papineau, le frère de Louis-Joseph Papineau. Y vécut aussi la fille de Georges-Casimir, Henriette Dessaulles, première femme journaliste du Québec, qui écrivait sous le pseudonyme de Fadette dans Le Devoir, fondé par son cousin Henri Bourassa.

image