23 juin 2011
Élan de sympathie pour l’Arche
Par: Le Courrier

Mercredi matin à 7 h, l’Arche de l’Expo a été emportée par une pelle mécanique à la demande de la Ville de Saint-Hyacinthe. Elle laisse dans le deuil le conseiller David Bousquet, l’ancien député Léandre Dion, le directeur de la Société d’histoire de Saint-Hyacinthe Luc Cordeau et une poignée de Maskoutains nostalgiques.

Publicité
Activer le son

« Elles sont rares les villes québécoises qui ont un site aussi prestigieux pour les loisirs que cet endroit et qui comptent également une structure emblématique comme cette porte », a mentionné au COURRIER Luc cordeau qui aurait aimé voir l’Arche, symbole de l’époque du maire Télesphore-Damien Bouchard, être restaurée et se rendre « à son centenaire » en 2033.

« L’Arche de l’Expo : à préserver ou démolir? », demandait quant à lui le conseiller de Sacré-Coeur David Bousquet sur sa page Facebook quelques heures après la déclaration de la Ville, le 15 juin.Rapidement, plusieurs personnes ont manifesté leur intérêt pour la sauvegarde de l’arche de l’entrée Bourassa / Lamothe construite en 1933. Les commentaires allant de « encore un vestige du passé qui disparaîtra » à « ce n’est pas parce que c’est vieux qu’il faut la détruire » et « cette arche fait partie depuis toujours du patrimoine historique et visuel » ont fait leur apparition sur le Web.Le conseiller connu pour ses positions en faveur des infrastructures patrimoniales a également reçu une dizaine de messages de personnalités maskoutaines comme l’ancien député à l’Assemblée nationale, Léandre Dion, et Céline Lussier Cadieux, du Boisé des douze.« Il me semble qu’il y a suffisamment de notre mobilier urbain d’époque qui disparaît malgré nous. Il faut faire un effort pour conserver ce qui fait le cachet de notre ville », a mentionné Mme Lussier Cadieux, exhortant du même coup David Bousquet d’intervenir pour que la porte continue de faire partie du paysage maskoutain.Ce n’est pas faute d’avoir essayé puisque l’élu de Sacré-Coeur a tout fait pour renverser la vapeur. « J’ai tenté de faire changer d’idée mes collègues du conseil municpal, mais le temps et l’ouverture manquaient », a-t-il rapporté. La semaine dernière, Léandre Dion se disait déjà fort pessimiste quant à l’issue du débat. « Ça s’annonce mal, puisque la Ville a communiqué l’enlèvement comme si c’était définitif », a indiqué l’ex-politicien en entrevue avec LE COURRIER. M. Dion a qualifié la décision de « déplorable ». « Ce sont ces conseillers qui ont été élus et je ne peux pas leur dire quoi faire, mais parfois ils devraient tenir compte davantage de l’héritage qu’on nous a légué », a ajouté l’ex-député, en rappelant que T-D, Bouchard a été un grand maire qui a fait beaucoup pour Saint-Hyacinthe.

image