13 août 2015
Après une double mastectomie
Elle marche 60 km pour vaincre les cancers féminins
Par: Jennifer Blanchette
Isabelle Picard luttera contre les cancers féminins les 22 et 23 août en marchant 60 kilomètres en deux jours lors du Week-end Pharmaprix, à Montréal. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Isabelle Picard luttera contre les cancers féminins les 22 et 23 août en marchant 60 kilomètres en deux jours lors du Week-end Pharmaprix, à Montréal. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pour une quatrième année, Isabelle Picard marchera 60 kilomètres en deux jours dans le cadre du Week-end Pharmaprix pour vaincre les cancers

Publicité
Activer le son

Elle avait 31 ans lorsque le verdict est tombé : présence d’une masse de 6 cm dans le sein droit.

Après quatre mois de traitements de chimiothérapie et 25 séances de radiothérapie, Mme Picard a choisi de se faire retirer complètement le sein.

« Lorsque j’ai eu mon diagnostic, mes collègues ont formé une équipe de marche pour participer au Week-end Pharmaprix. L’énergie qui se dégage de cet événement-là est incroyable », raconte Mme Picard, qui réside à Saint-Hyacinthe depuis trois ans.

Malheureusement, elle n’était pas au bout de ses peines. L’an dernier, une nouvelle masse a été découverte dans son sein gauche, entraînant à nouveau une mastectomie.

Si son état de santé est stable, Isabelle Picard ne peut pas encore crier victoire puisqu’il est trop tôt pour parler de rémission.

Le Week-end Pharmaprix, qui se déroule à Montréal, permet d’amasser des fonds qui sont remis au Centre du cancer Segal de l’Hôpital général juif. « Ils font beaucoup de recherche sur le cancer, mais aussi sur les façons d’amoindrir les effets secondaires dus aux traitements de chimio et radio. Ça fait une grosse différence pour les personnes qui subissent ces traitements », souligne celle qui travaille comme parajuriste à Montréal.

Forte de ses trois participations à la marche, Isabelle Picard se dit prête physiquement et mentalement à parcourir 30 kilomètres par jour. « De voir toutes ces femmes atteintes du cancer, ça me donne un choc, c’est certain. Ça me ramène dans mes souvenirs, car je ne pourrai jamais oublier ce par quoi je suis passée. En même temps, ça envoie le message que la vie et courte et qu’il faut en prendre soin, ainsi que de nos proches qui nous soutiennent. »

Isabelle Picard finance son inscription au coût de 2 000 $ grâce à la vente de confiture maison dans son entourage. La population peut également l’encourager en visitant le www.vaincrelecancer.ca dans la section Faire un don.

image