14 mai 2015
Émile Proulx-Cloutier, dans son habitat naturel
Par: Maxime Prévost Durand
Émile Proulx-Cloutier s’arrêtera à Saint-­Hyacinthe pour la première fois en deux ans de tournée le 21 mai au Centre des arts Juliette-Lassonde.

Émile Proulx-Cloutier s’arrêtera à Saint-­Hyacinthe pour la première fois en deux ans de tournée le 21 mai au Centre des arts Juliette-Lassonde.

Il y a déjà plus de deux ans qu’Émile Proulx-Cloutier roule sa bosse sur les différentes scènes partout au Québec. Le compteur affiche près de 100 spectacles pour promouvoir

Publicité
Activer le son

Comme il faut s’y attendre, un concert d’Émile Proulx-Cloutier, également comédien et réalisateur, se veut théâtral. « Théâtral dans sa livraison, spécifie-t-il. Je ne me déguise pas et je ne change pas ma voix. »

Ses chansons sont toutes de petites histoires, racontées par différents personnages. « J’essaie que les images entrent dans la tête des spectateurs. »

Si le rendu d’Aimer les monstres a été­ ­accueilli favorablement par la critique dès sa sortie, c’est sur scène que le projet prend tout son sens, croit l’auteur-­compositeur-interprète. « Très tôt, les ­diffuseurs ont compris que la vraie ­incarnation du projet se passe sur scène. C’est là que se déroule le vrai voyage. »

Le chanteur, aussi connu pour son ­travail en tant que comédien dans Toute la vérité et 30 vies, s’arrêtera pour la toute première fois à Saint-Hyacinthe jeudi prochain, le 21 mai, à l’Espace Rona du Centre des arts Juliette-Lassonde.

Il est le premier surpris de se retrouver encore sur scène, près de deux ans après le début de la tournée. « Je ne pouvais pas espérer faire autant de spectacles ­pendant deux ans, ça dépasse mes ­attentes. »

Chaque soir où il monte sur scène, ­plusieurs personnes dans l’assistance ne sont pas familières avec sa musique. « Environ la moitié ou les deux tiers de la salle ne connaissent pas ma musique en général, reconnaît-il. J’aime ça parce que les gens ont une écoute attentive et ils plongent dans les histoires. Ça me touche de voir qu’il y a encore des gens qui ont envie d’essayer et de prendre des risques en allant voir des spectacles. »

En plus des neuf chansons parues sur son unique album, quelques autres ­inédites ont été greffées sur scène, « pour élargir le spectre du spectacle ».

À quand la suite?

Malgré les titres inédits, le deuxième ­album d’Émile Proulx-Cloutier ne sera pas pour tout de suite. Entre ses ­différents projets, le chanteur laisse ­jaillir l’inspiration et ne se donne pas de date butoir pour mener à terme cette ­prochaine réalisation.

« La boîte à idées est toujours ouverte et le calepin est toujours à portée de main. Il y a quelques affaires en chantier », ­avoue-t-il.

Pendant ce temps, Émile Proulx-­Cloutier a lancé le 8 mai le documentaire Le plancher des vaches, qu’il a réalisé avec sa conjointe Anaïs Barbeau-­Lavalette. On y suit trois adolescents qui apprennent les rudiments de l’agriculture pendant qu’ils terminent leurs études secondaires dans une « maison familiale rurale ».

On pourra également le retrouver au petit écran dès l’automne dans la ­nouvelle série télévisée Boomerang.

image