5 avril 2012
Entouré de sa famille et de ses « amis »
Émilien Pelletier officiellement nommé candidat
Par: Martin Bourassa

La grande famille péquiste maskoutaine et quelques invités de marque ont participé à l’assemblée d’investiture du Parti québécois du comté de Saint-Hyacinthe, le 29 mars, assemblée qui a confirmé la candidature du député sortant Émilien Pelletier, seul candidat en lice, en vue des prochaines élections provinciales.

Preuve que les chicanes de famille sont chose du passé dans le clan péquiste, c’est peu après l’interprétation de la chanson « Aimons-nous » popularisée par Yvon Deschamps que M. Pelletier a été couronné.

Il avait auparavant eu droit à une pluie d’hommages sentis de la part d’un ancien collègue de travail, de la directrice générale de la Corporation de développement communautaire des Maskoutains et de son fils Robert. Même le maire de Saint-Damase, Germain Chabot, a eu de bonnes paroles pour le député Pelletier.Fait plutôt particulier, d’autres acteurs du milieu maskoutain ont aussi participé à ce concert d’éloges donné lors de ce rassemblement politique et partisan, dont le directeur général du CLD Les Maskoutains, Mario De Tilly, qui est actuellement impliqué dans plusieurs dossiers chauds avec le gouvernement du Québec. Il suffit de penser aux demandes d’appui de la Cité de la biotechnologie et au dossier Yoplait.M. De Tilly a profité de la présence de la chef de l’opposition officielle et chef du Parti québécois, Pauline Marois, pour la remercier publiquement.« Le Parti québécois a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance et le développement du parc technologique, a-t-il mentionné. Je n’ai jamais eu la chance de vous remercier personnellement, alors je le fais ce soir. » En rappelant le fait que l’ex-député Léandre Dion était « le père » de la Cité de la biotechnologie, Mario De Tilly a comparé le flirt du comté avec l’ADQ, entre les mandats de Léandre Dion et d’Émilien Pelletier, à l’équivalent d’un « spasme en médecine ».Le président de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe et vice-président de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Richard Flibotte, ne s’est pas fait prier lui non plus pour encenser le député sortant, même si sa propre commission scolaire attend désespérément une subvention pour la construction du gymnase de l’école Fadette. « Mes valeurs et mes croyances trouvent écho chez Émilien. Nous sommes sur la même longueur d’onde concernant l’importance de valoriser l’éducation. Émilien partage mes convictions et est capable de les porter et de les transmettre fidèlement. »

Le député solidaire

Dans son allocution, le principal intéressé a rendu hommage à Mme Marois et rappelé qu’il lui était demeuré loyal au plus fort de la tempête.

« Jean Charest est le champion démolisseur de l’économie toutes catégories et Pauline représente le vrai changement, a témoigné M. Pelletier. Elle est restée debout dans l’adversité et elle a su garder le cap. Elle a la stature d’un véritable chef d’État. »Il a dit croire que son parti était en mutation, stimulé par l’arrivée de sang neuf et de jeunes. « Nous allons atteindre notre pays dans les prochaines années », a-t-il promis.Célébrant son anniversaire de naissance la journée même, Pauline Marois a conclu l’assemblée en tirant quelques salves bien senties en direction du gouvernement Charest, de François Legault de la CAQ, et de Stephen Harper.« Le gouvernement est usé à la corde, il est mûr pour aller se reposer dans l’opposition et les Québécois ont besoin de se reposer d’eux. »Pauline Marois a profité de l’occasion pour répéter qu’un gouvernement péquiste abolirait la taxe santé et la hausse des frais de scolarité. Il imposerait aussi un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste et des redevances accrues sur le volume de minerai extrait des mines. Déplorant le peu de sensibilité du gouvernement conservateur à Ottawa envers les aînés, elle a lancé cette boutade : « La seule aînée qui compte pour Stephen Harper, c’est la reine! »Ne reste plus qu’à connaître la date des prochaines élections et le nom des adversaires qui tenteront de déloger le député sortant.

image