6 décembre 2012
Émilien Pelletier rend hommage aux Soeurs de Saint-Joseph
Par: Le Courrier
Sur la photo, à l’avant, de gauche à droite : le député Émilien Pelletier, la supérieure générale, Denise La Barre; et l’Assistante générale, Claudette Robert. À l’arrière, dans le même ordre : la secrétaire générale, Monique Lemieux; les conseillères générales, Maryse Gauvin, Pauline Phaneuf et Monique Laroche ainsi que la trésorière générale, Monique Mathieu.

Sur la photo, à l’avant, de gauche à droite : le député Émilien Pelletier, la supérieure générale, Denise La Barre; et l’Assistante générale, Claudette Robert. À l’arrière, dans le même ordre : la secrétaire générale, Monique Lemieux; les conseillères générales, Maryse Gauvin, Pauline Phaneuf et Monique Laroche ainsi que la trésorière générale, Monique Mathieu.

Le député Émilien Pelletier a rendu hommage aux Soeurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe le 1er novembre lors d’une déclaration à l’Assemblée nationale du Québec.

Publicité
Activer le son

Lors d’une rencontre à la résidence des soeurs, le député de Saint-Hyacinthe leur a remis cette même déclaration, sur un certificat signé par le Secrétaire général de l’Assemblée, Michel Bonsaint.

La communauté religieuse des Soeurs de Saint-Joseph a été fondée à Saint-Hyacinthe il y a maintenant 135 ans par Élisabeth Bergeron. La Congrégation religieuse se consacra tout de suite à l’enseignement des enfants, garçons et filles. C’est entre les murs de l’École Secondaire Saint-Joseph, aujourd’hui gérée par une corporation privée, qu’elles ont aidé des jeunes à apprendre et à développer leurs talents ainsi que leur personnalité pendant plus de 50 ans Aujourd’hui, les Soeurs de Saint-Joseph sont encore bien présentes à Saint-Hyacinthe alors que des retraitées accordent bénévolement du temps pour l’aide aux devoirs, offrent des cours à de jeunes décrocheurs en plus d’aider des jeunes en difficulté d’apprentissage. On retrouve également la congrégation dans plusieurs pays, dont le Brésil et le Lesotho. Dans le passé, elles ont aussi été présentes à Haïti, au Sénégal et au Tchad. « L’éducation est une valeur primordiale pour la société québécoise. Les différentes congrégations religieuses ont fait la différence au Québec, permettant aux francophones de toute la province de s’instruire dans leur langue maternelle et de conserver celle-ci bien vivante. Je lève mon chapeau à la communauté des Soeurs de Saint-Joseph et les félicite pour la différence qu’elles ont faite dans la vie de plusieurs milliers d’étudiantes et d’étudiants maskoutains au cours des 135 dernières années », a déclaré Émilien Pelletier. Soulignons par ailleurs que la fondatrice de la congrégation, Élisabeth Bergeron, a été déclarée vénérable par le pape Jean-Paul II en janvier 1996 et que ses restes se trouvent toujours au couvent situé sur la rue Raymond à Saint-Hyacinthe.

image