6 septembre 2012
Le PQ conserve Saint-Hyacinthe
Émilien Pelletier victorieux
Par: Le Courrier
Émilien Pelletier a célébré sa victoire dans Saint-Hyacinthe au milieu de ses partisans.

Émilien Pelletier a célébré sa victoire dans Saint-Hyacinthe au milieu de ses partisans.

C’est par une majorité convaincante de 2 119 voix que le candidat du Parti québécois dans Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier, a obtenu mardi son deuxième mandat de député à l’Assemblée nationale, où il siégera cette fois dans un gouvernement minoritaire dirigé par Pauline Marois.

« Quelle victoire, quel travail des 230 bénévoles qui m’entouraient aujourd’hui. Si je suis gagnant ce soir, c’est grâce à vous! », a-t-il lancé mardi soir à la centaine de militants qui l’ont accueilli vers 21 h 40 à la salle La Scène, au centre-ville de Saint-Hyacinthe.

M. Pelletier a obtenu 16 082 voix, contre 13 963 voix pour le candidat de la Coalition avenir Québec, Pierre Schetagne, et 10 553 voix pour la représentante du Parti libéral, Louise Arpin. M. Pelletier a donc augmenté considérablement sa majorité, lui qui, aux élections du 8 décembre 2008, n’avait devancé que par 213 voix son adversaire libéral d’alors, Claude Corbeil. Il faut dire que cette fois-ci, un impressionnant taux de participation de 78,65 % a été enregistré dans Saint-Hyacinthe, comparativement à 63,44 % à l’élection précédente.M. Pelletier aura donc fait mentir certains sondages qui laissaient entrevoir une lutte extrêmement serrée entre le PQ et la CAQ dans Saint-Hyacinthe, voir même une mince victoire du parti de François Legault dans cette circonscription. « Comme vient de le dire Jean-Marc Léger à LCN, la CAQ n’a pas réussi à traverser le mur de Saint-Hyacinthe. Soyons-en fiers! Samedi, dans le Journal de Montréal, on avait mis Saint-Hyacinthe en vert avec des rayures. Merci à Saint-Hyacinthe d’avoir fait mentir les experts », a ajouté M. Pelletier, au grand plaisir de ses partisans.Il a néanmoins salué ses huit adversaires pour la détermination dont ils ont fait preuve à une époque où, assure-t-il, il faut beaucoup de cran pour se lancer en politique. « Ces gens-là ont eu le courage de se présenter, c’est tout en leur honneur et je les en félicite », a-t-il déclaré.M. Pelletier a tenu à présenter un à un tous les membres de son équipe électorale, devenant soudainement très ému en parlant d’un d’entre eux en particulier. « Pierre Gingras n’a pas pu faire campagne : il a dû se faire amputer une jambe. Mais il est quand même venu nous voir au local pas plus tard qu’hier », a-t-il raconté, au bord des larmes, durant son discours.M. Pelletier a confié au COURRIER qu’il n’avait pas vraiment craint la CAQ dans Saint-Hyacinthe parce que tout au long de la campagne, ses pointages indiquaient que sa position était plus forte qu’en 2008. Il croit maintenant que le Parti québécois, même minoritaire, pourra réaliser ses principaux engagements, dont l’abolition de la taxe santé et de la hausse des frais de scolarité.C’est sous les cris et les applaudissements que l’annonce de sa réélection avait été accueillie un peu plus tôt, au lieu de rassemblement. L’ancien député péquiste de Saint-Hyacinthe, Léandre Dion, était là lui aussi pour célébrer la deuxième victoire de son successeur. Il s’est dit extrêmement heureux du triomphe de Pauline Marois, même si elle se retrouve à la tête d’un gouvernement minoritaire. « Vous savez, le peuple québécois avance à petits pas, mais il fait toujours un pas en avant. Parfois, dans les temps difficiles, il fait un pas de côté, mais après, il continue à avancer. Et il avancera jusqu’à ce que le Québec soit un pays. Il mérite ça, pour pouvoir parler d’égal à égal avec les autres dans le monde », a-t-il commenté.Pour M. Dion, qui a été élu en 1994, puis réélu en 2003 et 2007, l’élection de la première femme au poste de premier ministre du Québec est un très grand événement. « Les femmes ont sauvé le Québec en faisant des enfants, et maintenant, elle vont sauver le pays », prédit cet homme qui a grandi dans une famille de 15 enfants.

image