8 novembre 2012
Industrie alimentaire
Emplois recherchent travailleurs
Par: Jean-Luc Lorry
Marie-France Desmarais, directrice des ressources humaines chez Brookside (à droite) et Mylène Bourret, chargée du recrutement, ont tenu un kiosque aux Galeries St-Hyacinthe en vue de recruter du personnel.

Marie-France Desmarais, directrice des ressources humaines chez Brookside (à droite) et Mylène Bourret, chargée du recrutement, ont tenu un kiosque aux Galeries St-Hyacinthe en vue de recruter du personnel.

Plusieurs entreprises du secteur de la transformation alimentaire situées dans la région doivent redoubler d’ardeur pour combler de nombreux postes, a constaté LE COURRIER.

publicité

501fi3s-emploi_industrie

Devant la difficulté de recruter du personnel en utilisant les méthodes habituelles, la direction des ressources humaines d’Aliments Brookside a tenu récemment un kiosque aux Galeries St-Hyacinthe dans le but de faire connaître ses besoins.

« Comme nous sommes en phase de croissance de nos activités, nous recherchons une quarantaine d’employés d’ici le mois de janvier », indique Marie-France Desmarais, directrice des ressources humaines chez Brooskide, une entreprise maskoutaine spécialisée dans la fabrication de friandises chocolatées.En août, nous révélions que cette entreprise propriété du géant mondial des confiseries Hershey prévoyait un investissement d’environ 20 M$ à son usine de Saint-Hyacinthe. « C’est la première fois que nous prenions l’initiative de tenir un kiosque pour recruter du personnel. Ce fut l’occasion de rencontrer des personnes intéressées par nos opportunités d’emplois », mentionne Mme Desmarais.Le temps d’une fin de semaine, la direction des Galeries St-Hyacinthe avait offert gratuitement à Brookside l’espace nécessaire à la tenue de cette activité. Environ 250 personnes se sont renseignées auprès de Marie-France Desmarais et de Mylène Bourret, chargée du recrutement. Chez Brooskide, les travailleurs spécialisés sont très recherchés. Actuellement, des postes de mécaniciens industriels et d’opérateurs de machines informatisées sont toujours disponibles.Des emplois que l’on souhaite confier à des personnes intéressées à évoluer au sein de l’entreprise en raison de la formation offerte par l’employeur. « Former un opérateur afin qu’il soit autonome sur nos machines nécessite une période d’apprentissage de six et huit semaines comparativement à trois semaines pour un journalier », précise Mme Desmarais. Pour le poste de journalier qui est non spécialisé, l’employeur demande que le candidat ait terminé ses études secondaires. « Pour ce type d’emploi, nous disposons d’une banque intéressante de candidats. »

Recrutement difficile chez Liberté

Au département des ressources humaines du manufacturier de produits laitiers Liberté dont l’usine est située à Saint-Hyacinthe, on se heurte à une problématique identique.

Dernièrement, cette entreprise aussi en mode expansion proposait une vingtaine d’emplois disponibles. « Aujourd’hui, trouver de la main-d’oeuvre qualifiée est plus difficile et elle se fait rare sur le marché du travail », mentionne Paul Pelchat, directeur des ressources humaines chez Liberté.M. Pelchat considère qu’un taux de décrochage élevé explique en partie la pénurie de de candidats disposant d’une formation appropriée.Depuis plusieurs semaines, la fromagerie Damafro de Saint-Damase publie également une offre d’emploi pour pourvoir des postes de manoeuvre affecté à l’emballage et à la production. Interrogé sur la difficulté de recrutement, la direction des ressources humaines de l’entreprise n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue. Parmi les offres d’emplois diffusées sur le site de placement en ligne d’Emploi-Québec par des entreprises de la MRC des Maskoutains, le métier le plus recherché ces derniers mois est celui de manoeuvre dans la transformation des aliments.La recherche régulière de personnel dans le domaine de la transformation alimentaire à l’échelle régionale avait conduit le Centre local d’emploi de Saint-Hyacinthe à organiser, en avril, un salon de l’emploi dédié à ce secteur manufacturier.Cette activité d’une durée de 2 h 30 avait attiré 300 personnes venues rencontrer les représentants d’une dizaine d’entreprises dont Aliments Brookside et Damafro.

image