22 septembre 2016
Poursuite de Sanair contre la Station climatologique La Providence
En attente du verdict
Par: Maxime Prévost Durand

La saga entre Projets spéciaux Sanair et la Station climatologique La Providence tire à sa fin. Les deux parties ont fait entendre lundi leurs derniers arguments, concluant le procès entamé devant la Cour des petites créances le 20 juin.

Publicité
Activer le son

Le verdict de la juge Micheline Laliberté ne sera toutefois connu que dans les prochaines semaines. La décision sera retransmise aux deux parties par la poste.

Après un long débat le 20 juin, la juge Laliberté avait accordé un délai supplémentaire à Jacques Guertin, le promoteur des pistes de course Sanair, afin d’étoffer sa preuve. Au cœur du litige, M. Guertin voulait présenter comme preuve un enregistrement des prévisions diffusées par la Station climatologique La Providence le 5 juin 2015, mais avait plutôt fourni un mauvais enregistrement, soit celui du 12 juin 2015.

Le représentant de Sanair reproche au chroniqueur météo Michel Morisette de la Station climatologique La Providence d’avoir livré « des prévisions fausses et erronées » de pluie pour les dates du 1er et du 5 juin 2015, résultant en l’annulation de deux événements sur ses pistes de course. D’après lui, il n’y aurait finalement eu aucune pluie malgré les quelques millimètres annoncés au service téléphonique 771-BEAU.

Jacques Guertin a présenté lundi la bonne version de l’enregistrement des prévisions lues par Michel Morissette le 5 juin 2015 dans le but de démontrer que le chroniqueur météo s’était trompé. « Finalement, il a fait soleil et on est seulement à 8 km de la station », a fait valoir M. Guertin.

À sa défense, le chroniqueur météo a indiqué avoir mesuré plus de 14 mm de précipitation le 5 juin, en plus de rappeler qu’il ne faisait que relayer les prévisions émises par Environnement Canada.

Sans prononcer immédiatement son verdict, la juge Micheline Laliberté a malgré tout dévoilé un aperçu de sa pensée avant de mettre un terme à l’audience. « Vous aviez le fardeau de la preuve et vous deviez me prouver qu’il a fait une faute de façon délibérée, a-t-elle lancé à l’endroit de Jacques Guertin. Sauf votre respect, je ne pense pas que j’ai eu cette preuve. […] Il y a une part d’incertitude dans la météo et ça ne veut pas dire que la personne qui fait la météo est fautive. »

Projets spéciaux Sanair réclame un montant de 6 540 $ à la Station climatologique La Providence, soit l’équivalent des pertes engendrées par l’annulation de deux événements. La majeure partie du montant est consacrée à une activité de drag qui devait se tenir le 5 juin 2015, d’où l’accentuation envers cette date durant l’audience. Le chroniqueur météo Michel Morissette a quant à lui riposté avec une demande reconventionnelle à la hauteur de 1 000 $.

image