16 juin 2016
en bref
Par: Le Courrier

Même s’il leur arrive d’exprimer le même avis sur certaines questions, comme celle des embauches à la Ville, les conseillers Bernard Barré et Alain Leclerc ne sont pas forcément sur la même longueur d’onde en toute chose. On en a eu la preuve le 6 juin, lorsque le conseil a approuvé les termes d’une entente de trois ans avec le Cégep de Saint-Hyacinthe au sujet de l’utilisation du stade L.-P.-Gaucher par sa nouvelle équipe de hockey, Les Lauréats de la Ligue collégiale AA. Le conseiller Leclerc s’est vivement opposé à cet accord. « Ce qu’on ne dit pas, c’est que c’est un bail tout inclus, avec beaucoup de services gratuits et 50 % de réduction du coût de location de la glace. Moi, l’une des raisons pour lesquelles je suis venu en politique municipale, c’est l’équité. Le rabais de 50 %, ce sont nos taxes qui paient ça », a lancé M. Leclerc. Il a laissé entendre que pour lui, financer une équipe collégiale constituée de joueurs venus de partout équivalait pour la Ville à subventionner le ministère de l’Éducation. Son intervention a fait bondir Bernard Barré, qui s’est levé de son siège pour dire à peu près le contraire. « Ce qu’il faut considérer, c’est qu’une ville comme Saint-Hyacinthe, qui est parmi les plus grandes au Québec, a besoin d’une équipe de hockey pour la représenter. On a eu le Laser du Junior majeur, on a eu les Gaulois séniors, les Gaulois midget AAA et là, c’est l’équipe collégiale, avec des jeunes qui fréquentent le cégep. Quand ils se promènent en autobus, ils représentent Saint-Hyacinthe et font notre promotion à l’extérieur. Pour ces raisons, je considère que c’est très correct (les conditions de l’entente) », a déclaré M. Barré, dans une intervention qui a mis fin au débat. Une entente de trois ans fort semblable à celle-ci, comportant même davantage d’heures de glace au tarif « enfant » réduit de 50 %, avait été conclue entre la Ville et le Cégep en avril 2012, en prévision de la première saison des Lauréats de la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Le conseiller Leclerc ne s’était pas opposé à l’adoption de ce projet d’entente lorsqu’il avait été soumis au conseil.

image