5 mai 2016
en bref
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Pas d’échangistes au centre-ville

Tout le secteur désigné comme étant le centre-ville de Saint-Hyacinthe sera dorénavant interdit aux clubs ­échangistes. Le conseil municipal a présenté le 2 mai un projet de règlement qui va en ce sens. Il vise les 29 zones ­numérotées qui composent la mosaïque « zonage » du centre-ville, où l’usage commercial « club échangiste » sera ­désormais prohibé. Le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, a indiqué que la municipalité avait eu vent de l’intérêt que le centre-ville représentait pour des gens qui tiennent ce genre de club, d’où l’intervention du conseil. Il a précisé qu’il aurait été illégal d’interdire ces clubs sur tout le ­territoire, mais que les élus voulaient au moins s’assurer qu’il n’en existerait pas au coeur de la ville.

Supralocal : mandat à RCGT

Le conseil municipal vient de passer aux actes dans le dossier des services et équipements supralocaux. À sa séance du 2 mai, il a octroyé un contrat de 20 000 $ au consultant Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) afin qu’il étudie la question. RCGT devra déterminer s’il y a lieu d’apporter des ajustements à l’entente intermunicipale de 2002 sur le ­partage des coûts pour les services offerts par la ville-centre en matière de sport, ­loisir et culture. L’octroi de ce mandat fait suite à la rencontre du 21 avril à laquelle le maire Claude Corbeil avait convoqué tous les maires et directeurs généraux des municipalités de la MRC pour leur exposer le projet d’étude sur le coût des ­services. « Si on avait un titre à donner à ce sujet-là, ce serait : mieux vaut tard que jamais », a lancé le conseiller Bernard Barré au sujet du mandat à RCGT.

image