19 septembre 2013
En direct de Francfort
Par: Marc Bouchard

Si vous n’êtes pas un véritable maniaque, le salon de Francfort ne vous dit probablement pas grand-chose. Mais si vous êtes un tant soit peu attiré par les voitures, il est un incontournable. Il faut dire que, dans les faits, Francfort abrite le plus gros et le plus ancien salon du monde.

Il est vrai que le premier, à la fin des années 1800, ne recevait que huit voitures, mais tout de même. Quant à la taille, Francfort domine incontestablement : 14 pavillons, affichant quelque 1,8 million de pieds carrés de surface d’exposition, tout cela fréquenté par un million de visiteurs.

Et c’est, comme on peut s’en douter, le début de la saison des grands salons de l’auto présentant les nouveautés les plus attendues de la prochaine année. Nouvelle technologie, nouveaux modèles, le salon de Francfort déborde de sujets. Mais il offre aussi et surtout l’occasion de voir et d’apprécier des modèles que l’on ne voit jamais chez nous.

Audi Nanuk

L’ours polaire (car Nanuk signifie ours polaire en langue inuit) est un véritable monstre en son genre. Le concept dessiné par Italdesign est à la fois voiture sport et utilitaire exceptionnel. Son moteur, un turbodiesel de 544 chevaux, est capable de toutes les prouesses. Et malgré les apparences un peu extraterrestres du véhicule, il semble bien que Audi envisage une production de série.

Nissan Rogue

Plus moderne, plus raffiné, le nouveau Rogue sera notamment offert en version 5 ou 7 passagers. Il offrira aussi différentes motorisations basées sur les versions existantes. En matière de style, le Rogue n’a plus rien de commun avec l’ancienne génération. Son capot s’allonge et reprend la calandre propre à Nissan en lui donnant une allure plus raffinée. La partie arrière est moins nuancée, mais permet au moins un meilleur usage de l’espace de chargement. Le Rogue n’a rien d’un prototype et arrivera en décembre chez nous.

Mercedes-benz Classe S coupé

Comme la Mercedes-Benz CL à laquelle elle succède, la Classe S à deux portes est une voiture imposante aux dimensions généreuses. La partie avant de la voiture rappelle évidemment la Classe S berline, mais comme c’est la norme chez les coupés Mercedes-Benz, la calandre affiche un style plus agressif et déterminé. L’insigne de Mercedes-Benz se retrouve désormais intégré à la calandre, tandis que la voiture apparaît plus basse et plus élancée.

Même s’il s’agit d’un concept, le modèle de production (qui sera disponible au Canada en 2015) ne devrait pas s’éloigner trop de la signature visuelle de la Classe S Coupé présenté à Francfort. Il faut s’attendre à voir les mêmes motorisations que dans la berline. Ce grand GT sera donc propulsé par un moteur V8 biturbo de 4,7 litres produisant 449 chevaux et 516 lb-pi de couple. Il faut également s’attendre à voir un ou deux moteurs V12 se loger sous le long capot de la Classe S Coupé. Le modèle entré de gamme sera offert de série avec la traction intégrale 4Matic.

Jaguar CX17

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la plateforme du Jaguar C-X17 (l’utilitaire sport de la marque britannique présenté au salon) n’est pas issue de chez Land Rover. En réalité, il s’agit d’une nouvelle plateforme que l’on retrouvera également sur la future XS, la remplaçante de la défunte X-Type.

Le Jaguar CX17 est donc un véhicule utilitaire sport compact destiné à rivaliser avec les BMW X3, Audi Q5, Mercedes-Benz GLK et son cousin, le Range Rover Evoque, pour nommer que ceux-là. Le Jaguar CX17 partage d’ailleurs sa motorisation avec l’Evoque. Il sera propulsé de série par le même quatre cylindres 2.0 litres turbocompressé de 240 chevaux. La version haut de gamme du CX17 utilise un moteur V6 suralimenté de 3.0 litres. Le CX17 fera son apparition sur les marchés en 2015.

Renault Twizzy f1

Scooter ou voiture, personne ne le sait vraiment, mais la Renault Twizzy a tout pour attirer les regards. Construit depuis deux ans, le petit biplace tout électrique s’offre d’abord avec un moteur de 5 chevaux disponible en Europe sans permis de conduire. Mais une version plus puissante, de 17 chevaux, est aussi au catalogue et nécessite cette fois le permis.

Mais voilà que Renault Sport a mis la main sur le Twizzy et le propose en version course : moteur plus puissant, système KERS de récupération d’énergie similaire à celui des formules un, construction allégée, volant de F1, le Twizzy Sport est une véritable bombe, capable de développer quelque 100 chevaux. Seul bémol, à ce rythme, le petit véhicule électrique n’a une autonomie que de 14 secondes!

En résumé

Il faudrait un magazine tout entier pour faire le tour des nouveautés du salon de Francfort. Cette année, 150 dévoilements ou premières mondiales ont été réalisés sur le plancher du salon. Et ce n’est que le début de la saison!

image