27 août 2020
Carte blanche
En français!
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Selon plusieurs études et sondages, la langue française serait menacée au Québec. Bon, nuançons, car le diable est dedans le détail, comme disent les Anglais. Pas partout au Québec. Dans la plupart des régions, la langue française se porte plutôt bien, c’est seulement en quelques rares endroits, juste une place, une île en fait… mais ça adonne que pas mal tout le monde est là : Montréal.

Vous me voyez étonné d’être surpris. Pourtant, j’étais convaincu que tout se passerait bien au royaume souriant du Bonjour/Hi et que la promotion mur-à-mur d’une ville bilingue allait amener les anglophones à embrasser notre langue passionnément. Ben non. Faut croire que Bourgault voyait juste lorsqu’il écrivait : « Mettre deux langues sur le même pied, c’est mettre les deux pieds sur une seule. »

Résultat : Montréal s’anglaise. Se faire servir in english only, à l’année longue, c’est buziness as usual et s’en émouvoir, c’est être passé date. On est même sous l’impression que, dans une économie mondialisée, parler anglais, ça fait du sens pis ça fait une différence pour être à son meilleur. Avec comme résultat que l’anglais est là pour rester.

Mais à travers ça, Montréal nous sert un avertissement. On a pris pour acquis que le français était en santé. Spoiler alert! Yé en burn-out! Watch out, le français va venir près de disparaître. Demandons-nous la question : on veut-tu être vintage? So, mettons l’emphase sur notre langue, live pis right now. Faut prendre la parole ou dispatcher des pamphlets un bon dix minutes EVERY DAY! Être woke, c’est un challenge que notre team must have! Y a un deadline pis no way qu’on va crash pis borderline missé le best-off. Faut faire sûr de focusser pour le come-back du french!

image