13 octobre 2011
« Découvrez le vrai visage du Québec » Édition 2011
En Montérégie : 44 % des gens estiment que l’arrivée d’immigrants est une menace pour notre culture
Par: Martin Bourassa

Ces données font partie des résultats dévoilés par Hebdos Québec à la suite de la 3e édition de l’enquête Hebdos Québec/Léger Marketing « Découvrez le vrai visage du Québec » réalisée auprès de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans et plus et menée dans 150 localités.

Pour la Montérégie, voici les données les plus significatives.

À la question Selon vous, est-ce que l’arrivée au Québec d’immigrants d’origines ethniques et culturelles différentes de la vôtre est une menace pour la culture québécoise ou un enrichissement?, 44 % des gens de la Montérégie estiment que cela représente une menace pour la culture québécoise, un taux légèrement plus élevé que la moyenne québécoise de 42 %.Les localités de la région où les répondants considèrent le plus que l’immigration est une menace pour la culture québécoise sont Châteauguay/Beauharnois avec 56 % et Sorel-Tracy avec 50 %, alors que les plus bas taux sont observés à Brossard avec 34 % et Boucherville/Varennes avec 38 %.

Les unions interculturelles : des résultats partagés

Parmi les gens sondés dans la région, 47 % seraient heureux si leur enfant leur annonçait son mariage avec une personne d’une origine ethnique différente de la sienne, un taux identique à la moyenne québécoise.

Dans la région, c’est à Ste-Julie/Varennes avec 56 % et à Cowansville/Bromont/Sutton avec 54 % où l’on retrouve le taux le plus élevé de gens heureux d’une telle situation, alors que le taux le moins élevé est observé à Châteauguay/Beauharnois avec 41 %.

S’occuper d’un parent vieillissant chez soi : 40 % ont répondu « oui »

En Montérégie, 40 % des gens ont répondu qu’ils seraient prêts à accueillir un de leurs parents vieillissants sous leur toit de manière permanente, un taux légèrement plus élevé que la moyenne québécoise de 39 %.

Chez les 18-29 ans, le taux est de 50 %, légèrement plus élevé que la moyenne québécoise de 46 %. Avec 30 %, c’est à Boucherville/Varennes où l’on retrouve le moins de gens qui ont répondu « oui », alors que le taux le plus élevé est observé à Brossard avec 51 %, un des taux les plus élevés au Québec.

L’homosexualité : très tolérants en apprenant qu’un ami est homosexuel

Pour une majorité de répondants (86 %), le fait d’apprendre qu’un ami proche du même sexe est homosexuel ne changerait rien à la relation d’amitié, taux le plus élevé au Québec, où la moyenne est de 83 %.

C’est à Ste-Julie/Varennes et à St-Jean-sur-Richelieu/Iberville/ St-Luc avec 90 % où l’on retrouve les taux les plus élevés et c’est à Sorel-Tracy avec 80 % où l’on retrouve le plus bas taux de la région.

Une vaste enquête sociale

Depuis 2009, Hebdos Québec réalise une vaste enquête sociale afin d’évaluer l’opinion publique québécoise à propos de plusieurs enjeux et faits de société. C’est la firme de sondage Léger Marketing qui a été mandatée pour réaliser cette étude.

Pour cette troisième édition, le sondage a été effectué par Internet et la collecte des données s’est déroulée entre le 30 avril et le 29 juin 2011, auprès d’un échantillon représentatif de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français. L’étude a été menée à travers 150 localités dont les contours sont définis par la zone de distribution des journaux membres d’Hebdos Québec.L’échantillon par marché s’élève au minimum à 200 répondants.La marge d’erreur totale des résultats est de l’ordre de 0,58 %, et ce, 19 fois sur 20, tandis que celle d’un marché individuel est d’environ 6,93 % (basée sur un marché de 200 répondants), et ce, également 19 fois sur 20.

image