6 octobre 2011
Découvrez le vrai visage du Québec Édition 2011
En Montérégie : une personne sur cinqa peur de développer une maladie mentale
Par: Martin Bourassa

Cette donnée fait partie des résultats dévoilés par Hebdos Québec à la suite de la troisième édition de l’enquête Hebdos Québec/Léger Marketing « Découvrez le vrai visage du Québec » réalisée auprès de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans et plus et menée dans 150 localités.

« Nous avons des résultats pour l’ensemble du Québec, mais aussi pour chacune des régions et des 150 localités. Cela nous permet de constater une fois de plus que le Québec est loin d’être uniforme et que les réponses varient sensiblement selon les régions ou les localités », explique Gilber Paquette, directeur général et directeur du marketing d’Hebdos Québec.

La Montérégie sous la loupe

En Montérégie, près d’une personne sur huit (13 %) se sent seule dans la vie et ce taux est le plus bas au Québec alors que la moyenne québécoise est de 15 %.

C’est dans le segment des 18-29 ans que l’on retrouve la proportion la plus élevée de répondants qui se sentent seuls : 25 %, comparativement à 23 % pour le Québec. Dans la région, les localités où les gens se sentent le plus seuls est : Acton Vale/Roxton Falls à raison de 21 %. À l’opposé, les localités où les gens se sentent le moins seuls sont Cowansville/Bromont/Sutton avec un résultat de 7 % et ce taux est le plus bas au Québec. Dans la région, près d’une personne sur sept (13 %) a répondu qu’elle a de la difficulté à vivre à l’époque actuelle tout le temps ou souvent et ce résultat est identique à l’ensemble du Québec. Ce pourcentage est de 19 % chez les jeunes de 18-29 ans alors que la moyenne québécoise est de 17 %. C’est dans les localités de Châteauguay/Beauharnois, avec un taux de 20 % et de Sorel avec 19 % où la population vit le moins bien avec l’époque actuelle. Par ailleurs, les localités où l’on vit le mieux avec l’époque actuelle sont Boucherville/Varennes/Ste-Julie avec 7 % et Laprairie/St-Constant avec 9 %.

L’utilisation d’Internet : moins bon… et bon

À ce sujet, 41 % des répondants de la Montérégie pensent que le fait de passer beaucoup de temps sur Internet contribue à les isoler de leur entourage, un résultat légèrement supérieur à l’ensemble du Québec (40 %).

Ce résultat est encore plus élevé chez les 18-29 ans avec un taux de 47 %. C’est à Farnham/St-Césaire que ce pourcentage est le plus fort avec 55 %, suivi de 50 % à St-Rémi/Napierville/Hemmingford. À l’opposé, 19 % des répondants de la région sont d’avis que le fait de passer beaucoup de temps sur Internet facilite les relations interpersonnelles avec notre entourage, comparativement à 21 % pour le Québec.

Les Montérégiens en couple : heureux de leur relation

En Montérégie, 66 % des gens estiment que leur relation de couple est bonne ou excellente, un résultat plus élevé que pour le Québec (63 %).

C’est dans le segment des 60-69 ans que ce taux est le plus élevé avec 70 % alors qu’il est le plus bas chez les 18-29 ans à 56 %. Les gens en couple les plus heureux de leur relation se retrouvent à Vaudreuil-Dorion avec un taux de 75 % et à Laprairie/St-Constant avec 72 %. Les résultats les plus bas sont enregistrés à Sorel/Tracy avec 55 % et à St-Jean-sur-Richelieu/Iberville/St-Luc avec 56 %.

La peur de développer une maladie mentale : une préoccupation sérieuse

Dans la région, une personne sur cinq (20 %) a peur de développer une maladie mentale au cours de sa vie (une personne sur cinq pour le Québec avec 21 %). Les gens ont peur de faire un burn-out (7 %) ou une dépression nerveuse (13 %).

C’est à St-Rémi/Napierville/Hemmingford que les gens ont le plus peur de faire une dépression avec un taux de 26 % et à Salaberry-de-Valleyfield qu’ils ont le plus peur de faire un burn-out à 13 %. À l’opposé, les gens de Vaudreuil/Dorion ont répondu à 45 % ne pas avoir peur de développer une maladie mentale, alors que la moyenne au Québec est de 38 %.Pour cette troisième édition, le sondage a été effectué par Internet et la collecte des données s’est déroulée entre le 30 avril et le 29 juin 2011, auprès d’un échantillon représentatif de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français. L’étude a été menée à travers 150 localités dont les contours sont définis par la zone de distribution des journaux membres d’Hebdos Québec. L’échantillon par marché s’élève au minimum à 200 répondants. La marge d’erreur totale des résultats est de l’ordre de 0,58 %, et ce, 19 fois sur 20, tandis que celle d’un marché individuel est d’environ 6,93 % (basée sur un marché de 200 répondants), et ce, également 19 fois sur 20.

Appel à tous : la suite de l’enquête

Hebdos Québec veut pousser l’enquête encore plus loin et demander aux internautes de se prononcer sur ce sondage en répondant à une question et en fournissant une photo personnelle qui sera positionnée sur la carte du Québec.

Avec cette participation en ligne, Hebdos Québec pourra tracer le portrait du Québec et donner l’occasion aux citoyens de toutes les régions de faire connaître leur opinion à partir des réseaux qu’ils utilisent, soit Facebook ou Twitter. Ainsi, jusqu’au 31 octobre 2011, les personnes désireuses de donner leur avis pourront le faire. Hebdos Québec fera tirer un iPad 2 3G16Go et un iTouch 32Go parmi toutes les personnes qui auront répondu à l’invitation.

image