2 octobre 2014
« En route pour un autre 20 ans »
Par: Amilie Chalifoux
L’équipe du Centre des arts Juliette-Lassonde ainsi que les membres du conseil d’administration de la SDS de Saint-Hyacinthe se sont réunis pour clore la cérémonie.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’équipe du Centre des arts Juliette-Lassonde ainsi que les membres du conseil d’administration de la SDS de Saint-Hyacinthe se sont réunis pour clore la cérémonie. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Succès et fierté sont les mots que l’on pouvait lire sur toutes les lèvres lors du 20

Publicité
Activer le son

« Mes sincères félicitations à toute l’équipe de la SDS. La Ville de Saint-Hyacinthe ne peut que vous remercier. Ensemble, nous continuerons à contribuer à la culture en sol maskoutain. En route pour un autre 20 ans », a dit Pierre Solis, président du conseil d’administration de la SDS de Saint-Hyacinthe.

Des planches de la Cathédrale au Centre des arts Juliette-Lassonde, en passant par l’Institut de Technologie Agroalimentaire (ITA) et bien d’autres salles de spectacles, ce sont près de 1 300 artistes et près de 1 900 représentations qui ont eu lieu en sol maskoutain depuis les débuts de la SDS en 1994.

Animée par Marc Perreault, une partie de la soirée s’est déroulée à la façon d’un talk-show américain. Les quatre membres fondateurs de la SDS, soit France Guilmain, Benoit Chartier, Germain Caron et Michel Robidoux, ont monté sur la scène de l’Espace Rona pour faire part au public des anecdotes marquantes de l’organisme, des Matinées T… à l’inauguration du Centre des arts Juliette-Lassonde, en passant par les années de billetterie au restaurant Chez Lefty.

Malgré le succès qu’on lui connait aujourd’hui, la SDS de Saint-Hyacinthe a surmonté bon nombre d’embûches en 20 ans. « Il fallait se créer une crédibilité au sein de la communauté du spectacle », raconte Michel Robidoux, trésorier du conseil d’administration de la SDS. Sans oublier la compétition avec les villes avoisinantes.

« Le projet de construction du Centre des arts a fait beaucoup de bruit, renchérit Benoit Chartier, vice-président du conseil d’administration de la SDS. Cela ne faisait pas l’unanimité parmi les municipalités voisines. Mais aujourd’hui notre salle de spectacles est devenue un exemple pan québécois. »

De la naissance de l’idée d’une salle de spectacles en 1989 à l’inauguration du Centre des arts Juliette-Lassonde en 2006, le succès de la SDS est l’oeuvre d’un travail acharné. Les nombreuses distinctions attribuées au Centre des arts, dont deux Félix Salle de spectacles de l’année en 2009 et 2011 à l’ADISQ, témoignent du respect qu’inspire la salle de spectacles au sein de la communauté culturelle et économique.

De grandes personnes

Le travail de précieux collaborateurs a également été salué au cours de la soirée. À commencer par l’homme d’affaires André H. Gagon et Lucie Amaël Gagnon, son épouse, grâce à qui la campagne de financement dédiée à la construction du Centre des arts, en 2004, a atteint plus de 2,4 M$.

Benoit Chartier a aussi tenu un mot à la mémoire de son défunt ami Jean Vigneault, ancien rédacteur en chef du COURRIER de Saint-Hyacinthe, et auteur de nombreux éditoriaux rédigés en faveur de la salle de spectacles. A suivi un hommage à Juliette Lassonde, ancienne journaliste, chroniqueuse culinaire et mère des frères Lassonde qui ont grandement contribué à la campagne de financement.

image