31 juillet 2014
En route vers le 50 e du soccer organisé à Saint-Hyacinthe (3)
Par: Le Courrier
L'équipe féminine de soccer avec Luc Perreault.

L'équipe féminine de soccer avec Luc Perreault.

publicité

Comme nous le mentionnions lors du récent article, la Ligue maskoutaine de soccer a été le premier circuit de soccer organisé à Saint-Hyacinthe. De l’équipe venant de joueurs du Cégep de Saint-Hyacinthe, quatre d’entre eux furent particulièrement impliqués à organiser le soccer chez les jeunes. Luc Perreault, Richard Sansoucy, Michel Ledoux et Serge Phaneuf furent les premiers instigateurs du soccer mineur. Rappelons qu’il y avait eu quelques années de soccer pour les jeunes dans le secteur Saint-Joseph avec José Teixeira.

C’est en regardant de jeunes émigrants colombiens (Rubiel et Juan-Carlos Salazar, et Freddy, Edison et Walter Duque) s’échanger le ballon sur le terrain de PHD 1 (il n’y en avait qu’un à l’époque) que Luc Perreault eut le goût d’organiser du soccer chez les jeunes. Il approcha ses amis Michel Villeneuve et Richard Sansoucy qui furent les premiers entraîneurs, tandis que Serge Phaneuf fut le premier arbitre. Le tout débuta très informellement avec l’organisation de périodes d’enseignement pratique et de parties hors-concours en 1977. Dès l’année 1978, la ville engagea Luc Perreault à titre d’animateur. Il devint le premier employé de l’histoire de Saint-Hyacinthe à avoir le mandat du soccer. Ce dernier organisa des ligues pee-wee et bantam dans quelques quartiers. À certains endroits, le soccer prospéra, tandis qu’à d’autres les résultats furent mitigés. Puis, vint 1979 et la première organisation officielle de soccer chez les jeunes. On l’appelât Soccer mineur Saint-Hyacinthe. Parmi les bénévoles les plus cités à l’époque dans Le Courrier, mentionnons : Luc Perreault, Pierre Loiselle, Nicholas Laurin, Carmen Caron, Rubiel Salazar, François Bureau, Pierre Bilodeau, Lucie Goulet, Robert Gervais, Richard Sansoucy, François Larivière et Mario Lavoie. Cette année 1979 sera la première saison dite officielle. Trois ligues apparurent, Pee-wee, Bantam et Midget. Les catégories Pee-wee et Bantam comprenaient les équipes de Douville, Cathédrale, Sacré-Coeur, Saint-Sacrement et La Providence. Dans la catégorie Midget, le nombre de joueurs ne permettait pas une structure inter-quartier; on organisa trois équipes avec des jeunes venant des quatre coins de la ville. Les équipes s’appelaient les Lynx, les Panthères et les Cougars. Les équipes étaient considérées mixtes, mais formées presque exclusivement de garçons. En cette première année officielle, une première équipe parvint à se qualifier pour les Jeux du Québec à Saint-Georges-de-Beauce. Les Pee-wee de Douville, dirigés par Pierre Loiselle, gagnèrent le tournoi régional à Granby, pour mériter cette participation. Malheureusement, le soccer étant à ses débuts chez nous, les résultats furent plutôt modestes. La saison 1980 vit apparaître le mini-soccer sous la responsabilité de Michel Fournier. Les premières équipes mineures inter-cités virent le jour, soit trois ans après les adultes. Une première équipe féminine vit aussi le jour en 1980. Par contre, cette équipe se devait de jouer dans une ligue régionale contre des équipes de garçons. Il est à noter que le Service des Loisirs de la ville de Saint-Hyacinthe offrait toujours un grand support en s’occupant de l’entretien des pelouses, du lignage, en offrant des ballons, en posant des filets et en fournissant plusieurs équipements.Le secteur terrain a été un très grand problème et le demeurera durant d’autres décennies. La structure sportive par quartiers, malgré ses avantages pour la quête du nombre de joueurs et la proximité des parties locales apportait un important problème à l’installation de terrains. L’arrivée des Expos de Montréal en 1969 a créé un engouement pour le baseball. Ainsi, chaque secteur de la ville a installé sur le terrain des loisirs un terrain de baseball. Donc, dans la majorité des quartiers, il manque d’espace et de fonds pour l’installation de terrains de soccer. Les instances municipales privilégieront une décentralisation des terrains de soccer. Les écoles secondaires seront mises à profit pour combler le manque d’infrastructures. La PHD, l’école Fadette, le Séminaire et même l’ITA auront des terrains de soccer pour combler les lacunes des quartiers. Ce qui aidera beaucoup la cause; c’est l’apparition du mini-soccer pratiqué à 7 joueurs. Pour ces catégories, la majorité des O.T.J. (Organisation des Terrains de Jeu) seront en mesure de desservir leur clientèle. On verra même apparaître un de ces terrains sur le site de l’O.T.J. Cathédrale, tout près de la rivière au bout en bas de la rue Kéroack. Les équipes à 11 évolueront surtout sur les terrains des écoles. Mentionnons Sacré-Cœur et Saint-Sacrement à l’école Fadette, Douville à l’ITA, Cathédrale (incluant Christ-Roi) au Séminaire. En 1979, le dossier terrain ne faisait que commencer. Le Conseil d’administration de 1979 envoya même une lettre ouverte aux journaux. La saga terrain ne faisait que débuter.

image