9 avril 2015
En route vers le 50e du soccer organisé à Saint-Hyacinthe (8)
Par: Le Courrier
publicité

L’année 1986 marque la fin de l’ère ­triomphale du Milano. L’équipe orange et noire portera dorénavant les couleurs du drapeau colombien.

En effet, sous l’influence d’une forte concentration colombienne, le président Vertzagyas acceptera de modifier les ­couleurs de son équipe. Un Colombien ­deviendra l’entraîneur. Alberto Carvajar ­acceptera le mandat de relancer cette ­formation vers les sommets.

Malheureusement, l’équipe se retrouva encore en milieu de peloton et ne put ­reprendre l’élan des années fastes de 1982 à 1984. L’équipe Milano qui venait de cesser de développer l’élite, se retrouvait, tout à coup, avec une relève dépendant du Soccer Mineur. Fini le temps où les joueurs ­étrangers comblaient les lacunes ­techniques.

Le soccer mineur reste tout à fait stable avec 36 équipes. Les quartiers voient leur membership se stabiliser. Le soccer à sept joueurs demeure encore l’apanage des Moustiques; ce qui permet à certains ­quartiers de pouvoir évoluer chez eux, n’ayant pas de terrain de soccer à onze joueurs.

Nos jeunes joueurs récréatifs se signalent, par contre, lors des Jeux régionaux du ­Québec qui se tiennent à Granby. Les jeunes atomes de La Providence y remportent l’or. Leur victoire est un bon présage, ­considérant que ces jeunes de sept et huit ans ne jouent même pas encore dans une ligue. Le ­deuxième Championnat Sportif Maskoutain (CSM) se tient encore en cette année 1986. Toutes les équipes seront à nouveau réunies sur les terrains de la polyvalente ­Hyacinthe-Delorme pour y tenir leurs finales au cours d’une fin de semaine.

L’année 1987 sera marquée par l’arrivée d’une nouvelle équipe Sénior « Les Automobiles FM ». En effet, à la suite de l’abandon de son équipe Junior par le Club de soccer ­Milano, les jeunes qui avaient joués ­compétitifs, ainsi que d’autres issus du ­soccer récréatif des quartiers se sentirent prêts à jouer à un niveau supérieur. Cette équipe sera majoritairement formée de jeunes joueurs de 18 à 22 ans évoluera donc, dans le même circuit que le Milano.

Dirigée par Daniel Bonin, cette formation permettra donc à plusieurs joueurs de ­parfaire leur formation, tout en évoluant dans un calibre supérieur. Le président Vertzagyas n’était pas particulièrement ­enchanté de ces nouveaux arrivants; il y voyait plutôt une division des forces ­maskoutaines. La saison commanditée par le concessionnaire « Les Automobiles FM » s’avéra des plus difficiles au niveau des ­résultats avec une dernière position. ­L’entraîneur Daniel Bonin déclarait dans Le Courrier du 9 septembre 1987 : « Saison que je calculerais tout de même positive parce que nous étions l’équipe la plus jeune du ­circuit avec une moyenne d’âge de 20 ans. Mes objectifs du début d’année n’ont pas été atteints, mais les gars ont appris sur le tas. Certains n’avaient jamais évolués dans un circuit inter-cités et d’autres n’avaient pas pratiqué du soccer compétitif depuis quelques saisons ».

Du côté du Milano, l’entraîneur fut Luis Nunez Ochoa, un ancien joueur de première division mexicaine qui étudiait à la Faculté de médecine vétérinaire. Pour une troisième saison consécutive, l’équipe peinera à conserver une fiche de .500. La relève se ­raréfiant, cela amènera le coloré Dyonisios Vertzagyas à déclarer dans Le Courrier du 29 septembre 1987 : « Deux équipes dans une même ville, c’est trop. Drummondville et Sorel sont passées par là, mais ­aujourd’hui, il n’y a plus qu’une équipe dans la place. Si nous avions pu compter sur les quatre ­meilleurs joueurs des Autos FM, nous n’aurions pas manqué d’éléments », ­d’affirmer Vertzagyas qui nourrit un brin d’animosité contre ses rivaux ­maskoutains.

Le chroniqueur sportif du Courrier de Saint-Hyacinthe, Jean-Marie Fontaine, ajoutait le 23 septembre 1987 : « Mais il y a un hic! Le Courrier a appris que ce ne sont pas tous les Maskoutains qui veulent ­endosser les couleurs du Milano, parce qu’ils ne se sentent pas tout à fait à l’aise dans le milieu des nations unies ». Parmi les joueurs de l’équipe « Les ­Automobiles FM » s’étant les plus ­illustrés, ­mentionnons : Harold Fillion, Marc ­Julien, Daniel Lambert et Philippe Frenière.

Du côté des records, il convient de souligner la nouvelle marque du gardien du Milano, Patrick St-Jean. En effet, celui-ci a éclipsé la marque détenue par Denis ­Chagnon en blanchissant l’adversaire pendant 350 minutes (presque quatre parties).

Les années 1986 et 1987 nous ­démontrent que l’engouement pour le soccer est toujours présent, mais qu’il y aurait sûrement lieu de réunir les ­différentes instances pour élaborer un plan d’action collectif axé vers le développement futur du soccer maskoutain qui fêtera en 1988, son 20e anniversaire.

image