18 octobre 2012
Conférence de Caroline Ouellette
En toute sincérité avec les joueuses de l’Express
Par: Maxime Prévost Durand
Caroline Ouellette a parlé de son parcours et de son expérience de vie aux joueuses de l'Express du Richelieu à la veille de leur première rencontre locale.

Caroline Ouellette a parlé de son parcours et de son expérience de vie aux joueuses de l'Express du Richelieu à la veille de leur première rencontre locale.

Afin de motiver ses troupes à la veille de l’ouverture locale de la saison 2012-13 de l’Express du Richelieu, le gouverneur Michel Dubé a fait appel à une joueuse de calibre international en Caroline Ouellette afin d’offrir une conférence aux joueuses pee-wee, bantam et midget du club.

Publicité
Activer le son

Avec les préjugés tenaces envers le hockey féminin, la triple médaillée olympique avec Équipe Canada a raconté son histoire et son parcours en toute sincérité, avec les bons côtés et les moins bons liés à la pratique du hockey féminin.

« Gars manqué » et « retourne à tes chaudrons » sont des mots qu’elle a entendus toute son enfance dans la ligue dans laquelle elle évoluait, avec seulement des garçons, jusqu’à midget BB. Au début, pas question pour ses parents même de l’inscrire au hockey. « Ce n’est pas un sport pour les filles, la ringuette oui », disait son père.Avec détermination et l’ambition de les faire tous mentir, Caroline a su gravir les échelons et s’établir parmi l’élite canadienne de hockey féminin. Chaque jour, elle se bat pour continuer de faire taire les préjugés qui sont encore bien présents. Elle a partagé avec les 48 joueuses de l’Express un exemple récent, lors de la préparation d’Équipe Canada avant les Jeux olympiques de Vancouver en 2010, là où elle a récolté la médaille d’or et vécu une expérience qui aura valu tous les sacrifices. « En matchs préparatoires, on jouait en Alberta contre des équipes midget AAA de garçons, explique-t-elle. Ils ne voulaient pas perdre contre des filles, bien sûr. Mais on a eu le dessus quand même et on a pu changer la mentalité qu’ils pouvaient avoir du hockey féminin à chaque match. »Toute en vérité lors de cette conférence, la joueuse qui fait aussi partie des Stars de Montréal dans la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) n’a pas donné l’illusion aux filles, captivées par la conférence, que le sport était pour autant facile. « Il n’y a pas d’argent à faire avec le hockey féminin. La plupart des filles que je connais détiennent un diplôme universitaire pour avoir une porte de sortie. » Mais avec la détermination et la passion du sport, il demeure possible d’avoir une belle carrière dans ce sport, Caroline en est un exemple flagrant.Trois fois championne olympique (Salt Lake City en 2002, Turin en 2006 et Vancouver en 2010), plusieurs fois victorieuse lors des Championnats du monde de hockey féminin, assistante-capitaine avec les Stars de Montréal avec qui elle a remporté les deux dernières Coupe Clarkson (équivalent de la Coupe Stanley dans la LCHF), son palmarès parle de lui-même.

Résultats sur la glace

Il semble bien que cette conférence ait eu le résultat voulu auprès des joueuses de l’Express du Richlieu et a su les motiver pour le début de la saison locale le 14 octobre. Pour l’occasion, les équipes de l’Express faisaient face aux formations des Remparts du Richelieu (desservant davantage la région de Brossard et les environs).

L’équipe pee-wee s’est bien battue, a même dominé une bonne partie de la rencontre, mais s’est inclinée par la marque de 1-0.Les équipes bantam et midget ont pour leur part réussi leur rentrée locale à l’aréna Gaétan-Boucher de Saint-Hubert, domicile de l’Express, en l’emportant respectivement 4-1 et 7-3.

image