10 mai 2018
Nouvelle école à Saint-Hyacinthe
En vert et contre tous
Par: Martin Bourassa

Le projet de nouvelle école à Saint-Hyacinthe continue d’être une source d’embarras pour la Ville et la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH). Des parents qui revendiquent son implantation dans le secteur du Havre des Dominicains à Douville ont déposé, lundi soir au conseil municipal, une pétition de 420 noms. En vain.

publicité

Les élus gardent le cap vers le site de l’ancien golf La Providence, des promoteurs du Domaine sur le vert. En conférence de presse la semaine dernière, la Ville et la CSSH avaient pourtant essayé de mettre le couvercle sur la marmite. Sans grand succès, si on se fie à la délégation qui s’est présentée à l’hôtel de ville. On retiendra surtout que ce fameux point de presse s’est déroulé dans un environnement contrôlé, sans parents dans la salle. Jamais jusqu’ici la Ville et la CSSH ne se sont assis ensemble devant les parents pour expliquer leurs positions et répondre à leurs interrogations.

Deux visions s’opposent dans ce dossier. Il y a d’un côté les parents qui estiment que la prochaine école devrait répondre au besoin présent et pressant de ramener vers Douville les quelque 120 élèves de ce secteur qui fréquentent l’école Saint-Thomas-d’Aquin faute de place à l’école Douville. 

Et il y a de l’autre la Ville qui affirme qu’il importe de répondre aux besoins futurs de la communauté. 

C’est du moins l’argument de défense servi par le maire Claude Corbeil, selon lequel la croissance de la Ville et la rareté des terrains disponibles plaident en faveur de la création d’un nouveau quartier au Domaine sur le vert. « La venue d’une école aura un effet d’entraînement », répète-t-il.

Mais encore faudra-t-il que les promoteurs proposent des produits abordables à l’intention des jeunes familles et des premiers acheteurs. On ne doute pas qu’ils le feront bien entendu. Et il faudra que le changement de zonage nécessaire, s’il y a lieu, à l’implantation d’une école soit approuvé par le voisinage. 

À ce sujet, on suggère fortement à la Ville de vérifier le tout avant d’exproprier un propriétaire du Grand rang Saint-François. 

Le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau, a pour sa part assuré que la prochaine école sera pleine dès son ouverture. Pleine d’élèves transportés en grande partie oui, mais à partir d’où? C’est la grande question à laquelle devra répondre la CSSH si jamais Québec donne son feu vert le mois prochain. 

La CSSH devra consulter les parents et revoir de fond en comble les bassins de desserte des écoles de Saint-Hyacinthe. Elle disposera de deux ans pour établir la vocation précise de cette école. 

Au lieu d’en faire une simple école de secteur, elle pourrait décider d’y reloger des clientèles spécifiques, comme les classes d’anglais enrichi, question de faire diminuer la pression partout ailleurs. Espérons que tous les parents qui s’activent présentement seront au rendez-vous à ce moment.

image