9 juin 2011
Chrysler 200 cabriolet
Encore un petit peu
Par: Marc Bouchard

La Chrysler 200 n’est peut-être pas parfaite, mais elle remplace avec beaucoup de bonheur et de classe l’ancienne Sebring. Et la dernière génération de Sebring n’ayant vraiment pas été la meilleure, il n’en fallait pas beaucoup pour que la remplaçante soit meilleure.

Publicité
Activer le son

Mais attention, la 200 n’est pas parfaite pour autant, surtout en version cabriolet. Les gens de Chrysler ont bien réussi à l’améliorer, mais en se basant sur la plateforme de celle qu’elle doit remplacer. Le résultat est une amélioration remarquable, mais il faudra probablement attendre à la prochaine génération pour avoir une 200 totalement nouvelle, et nettement améliorée.

Quasi jumelle

En terme de silhouette, on a quelque peu modifié la vieille Sebring, même si on en a conservé le style général. Mais avouons que le nouveau logo, la calandre plus moderne et surtout une cure d’amaigrissement évidente dans la partie arrière du véhicule a permis de lui donner un style plus affirmé.

En fait, de celle qui avait un air un peu empâté au préalable, on en a fait un véhicule au look plus solide, plus imposant. Simple de comprendre pourquoi c’est la 200 berline qui se retrouve dans les publicités de la compagnie, « en direct de Détroit ».On a considérablement modifié l’intérieur, comme c’est le cas de presque tous les modèles Chrysler. Finis désormais les plastiques trop rigides et dont la qualité n’avait pas été éprouvée, place plutôt à des matériaux souples et à une qualité de finition qu’il vaut la peine de signaler.Un bémol, important cependant, pour les sièges qui, bien que confortables, n’offrent aucun support latéral. En virage appuyé, il faut presque faire un effort pour rester en place, et le coussin lui-même me faisait davantage penser aux anciennes banquettes qu’aux sièges modernes. Une opinion qui n’est toutefois pas partagée par Chérie qui y a trouvé pour ses longues jambes un support plus que confortable. Simple affaire de taille…Fiston a lui aussi trouvé à redire, puisque plus souvent qu’autrement il se retrouve aux places arrière. Et bien que le siège soit agréable, l’espace pour les jambes est trop limité pour favoriser une bonne position assise. Dommage, puisque dans l’ensemble, les places arrière offrent suffisamment de dégagement pour le corps et la tête.Détail physique d’importance aussi, la version cabriolet est disponible avec un toit dur, ou un toit en tissu. Finis les toits en vinyle de l’ancienne Sebring dont la qualité était aussi un peu douteuse. Cette fois, le toit dur se replie avec aisance (et un peu de temps) et le tout sur simple pression d’un bouton.Évidemment, comme c’est souvent le cas, le toit dur replié occupe presque entièrement le coffre arrière, ne laissant qu’un espace symbolique pour les bagages. Dommage puisqu’en position relevée, la Chrysler 200 profite d’un vaste espace de chargement parfaitement accessible.Bonne nouvelle cependant, le toit rigide empêche la propagation de toute forme de bruit, rendant l’habitacle confortable et relativement silencieux.

Sous le capot

La Chrysler 200 joue à la fois sur le nouveau et l’ancien tableau en terme de motorisation. Les versions les plus puissantes reçoivent le V6 Pentastar totalement nouveau de la compagnie qui développe 283 chevaux, alors que les versions de base se contentent du vieux 2,4 litres inchangé de l’ancienne Sebring.

Dans les deux cas, la puissance semble parfois s’essouffler rapidement, gracieuseté d’une boîte de vitesse automatique dont la vitesse de rétrogradation est nettement trop lente. Et chose étonnante, les données de consommation sont presque équivalentes dans les deux cas, ce qui ne vous donne aucune bonne raison de vous tourner vers le 4 cylindres.En matière de direction, la 200 n’est pas exactement un modèle de précision, pas plus qu’en matière de freinage. Disons qu’elle fait le boulot, mais sans mériter de notes exceptionnellement bonnes. La grande faiblesse de la Sebring se retrouve malheureusement encore dans la 200 cependant, puisque le châssis, même si on a fait des efforts, est encore nettement trop peu rigide, ne facilitant pas la conduite. Notons quand même que c’est le propre de tous les cabriolets de se voir ainsi affublé d’un châssis trop peu efficace.

En résumé

Avouons-le, la Chrysler 200 est une spectaculaire amélioration face à son ancienne version, la Sebring. Elle n’est peut-être pas encore parfaite, mais il en manque bien peu. En fait, encore juste un petit peu.

Forces :

– Habitacle amélioréFinition intérieure mieux réussieBonne insonorisation

Faiblesses :

– Places arrière exigües- Direction peu précise- Freinage parfois inégal

Fiche technique :

Moteur : V6 3.6L Autre moteur : 4 cylindres 2,4L 173 chevauxPuissance (ch@tr/min) : 211 @ 6350 Couple (lb.pi@tr/min) : 353 @ 4800 Roues motrices : Avant Transmission : Automatique à 6 rapports avec mode manuel Freins : Disques aux 4 rouesPrix : de 29 995 $ à 38 995 $

image