4 décembre 2014
Enfance brisée
Par: Amilie Chalifoux
Les finissants de l’École de théâtre plongeront dans l’univers saisissant d’enfants condamnés à errer après avoir été élevés pour tuer. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les finissants de l’École de théâtre plongeront dans l’univers saisissant d’enfants condamnés à errer après avoir été élevés pour tuer. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les finissants de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe ne feront pas dans la joie et la féérie pour leur production de la période des Fêtes. Ils donneront plutôt dans le réalisme saisissant dans lequel des enfants sont élevés à devenir des meurtriers. Avec Isabelle Leblanc à la mise en scène du spectacle, ils présenteront

publicité

Les circonstances qui ont précédé l’écriture de cette pièce en 1999 n’ont rien de rose. L’auteur britannique a trouvé l’inspiration à la suite du meurtre d’une enseignante commis par un élève âgé de 13 ans.

« C’est une pièce qui pose des questions très graves du genre c’est quoi être un humain? Cela décrit bien d’ailleurs l’écriture d’Edward Bond », raconte la metteure en scène.

L’histoire relate celle de Joe à qui sa mère demande d’aller brûler une maison. Après avoir accompli cette mission, le fils réalise avoir tué un enfant dans l’incendie. Forcé de fuir les autorités, Joe commence alors une errance dans un monde dépeuplé accompagné d’enfants aux prises avec la même réalité.

C’est la première fois qu’Isabelle Leblanc se penche sur une oeuvre d’Edward Bond. Elle a toutefois l’habitude de plonger dans des oeuvres tragiques et contemporaines. Comédienne, auteure, dramaturge, scénariste et metteure en scène, elle a longtemps interprété Jeanne, personnage principal de la pièce Incendie de Wajdi Mouawad, complice avec qui elle a fondé le Théâtre Ô Parleur au début des années 1990.

La pièce sera présentée dans un décor rappelant celui d’un gymnase d’école en guise de clin d’oeil à l’histoire qui a inspiré l’auteur. Mais aussi pour faire référence à un spectacle de Noël tel que présenté dans les écoles. À noter également que Bond défend l’éducation et les bienfaits qu’elle exerce sur l’homme. Pour l’occasion, l’espace scénique sera configuré sous la forme de gradin pour favoriser la proximité entre les acteurs et le public.

Malgré le caractère tragique du sujet, la metteure en scène ne laissera pas la noirceur s’emparer de la pièce. « J’ai envie de mettre un peu de beauté dans la mise en scène. Cela se fera par la musique et la lumière. J’ai envie que les tableaux soient beaux et vivants parce qu’il y a beaucoup d’humanité dans la pièce même si elle présente beaucoup de violence. Malgré les gestes qu’ils ont commis, les enfants restent tout de même innocents parce qu’ils sont encore capables de compassion », explique Mme Leblanc.

Les finissants de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe présenteront Les Enfants du 12 au 18 décembre à la salle Léon-Ringuet du Cégep, à 20 h. À l’exception du dimanche 13 décembre où la présentation se tiendra à 14 h et du lundi 14 décembre alors que la troupe fera relâche. Les billets sont disponibles à la Coopérative étudiante du Cégep et à l’entrée de la salle les soirs de représentation. La réservation des billets est obligatoire étant donné le nombre de places limité. Pour réservation, on peut appeler au 450 773-6800, au poste 2408.

image