28 juillet 2016
Espace Carrière déborde d’activité
Par: Rémi Léonard
Les conseillers en développement professionnel Émilie Bureau, Magalie MacKean, Eric Devost et Virginie Chicoine avec au centre la directrice générale adjointe d’Espace carrière, Chantal Morasse. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les conseillers en développement professionnel Émilie Bureau, Magalie MacKean, Eric Devost et Virginie Chicoine avec au centre la directrice générale adjointe d’Espace carrière, Chantal Morasse. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’organisme maskoutain Espace Carrière participe présentement à un projet pilote qui lui a permis de mettre sur pied plusieurs nouveaux programmes récemment.

Publicité
Activer le son

Au total, 25 Carrefours jeunesse-emploi à travers la province, dont celui de Saint-Hyacinthe (intégré à même Espace Carrière), ont été mandatés par le Secrétariat à la jeunesse du Québec pour expérimenter le nouveau « Créneau carrefour jeunesse ».

Concrètement, l’organisme situé sur la rue des Cascades au centre-ville a pu élargir sa gamme de services offerts aux jeunes de la région. Parmi les nouveaux projets, le « Camp de base ABC » permet à de jeunes parents de s’organiser et de se préparer à la vie familiale à travers des ateliers de groupe où seront abordés les aspects essentiels de la vie en société. Des professionnels du milieu de la santé et du Centre jeunesse seront aussi présents pour livrer des conseils, par exemple sur les besoins de base des enfants.

Avec le « Carrefour jeunesse mobile », les conseillers d’Espace Carrière quittent leurs bureaux du centre-ville pour aller à la rencontre des jeunes de douze villages environnants de Saint-Hyacinthe. L’objectif est de rejoindre des « personnes plus démunies », qui ne sont pas nécessairement prêtes à intégrer directement le marché du travail. À travers des rencontres individuelles, l’objectif est de travailler « en amont » avec eux pour développer leur autonomie sociale et professionnelle et ainsi les rapprocher du marché de l’emploi, a expliqué la directrice générale d’Espace Carrière, Josée Jamieson.

Elle souligne également les efforts faits pour s’associer avec des partenaires du milieu dans la réalisation des projets. Un autre s’inscrit justement en étroite collaboration avec le milieu scolaire afin de faire réaliser des projets de bénévolat aux élèves. Ils pourront eux-mêmes déterminer et organiser leur action bénévole. « Je m’accroche » servira pour sa part les élèves à risque de décrocher ou qui l’ont déjà fait pour les accompagner individuellement vers un projet d’avenir, en favorisant le maintien aux études.

Autre exemple, des employeurs maskoutains pourraient devenir « des entreprises citoyennes du monde » en engageant des étudiants issus de l’immigration pour un emploi d’été ou à temps partiel. Espace Carrière s’assurera alors d’une conciliation travail-étude saine.

L’organisme maskoutain bénéficie de près de 100 000 $ d’argent neuf pour mettre en place ces nouveaux projets et d’autres encore. Le projet-pilote requiert aussi qu’Espace Carrière en suive l’évolution et documente l’expérience jusqu’au 31 décembre. « Nous sommes dans une démarche de recherche-action. Il faudra identifier les pratiques gagnantes et les difficultés rencontrées en cours de route », a illustré Josée Jamieson. L’information servira ensuite à guider l’implantation à venir dans l’ensemble des Carrefours jeunesse-emploi du Québec. Le Secrétariat à la Jeunesse, qui relève du premier ministre, cherche ainsi à « réviser les mesures subventionnées » à ces organismes.

image