3 décembre 2020
Être rappelé dans la LHJMQ en temps de pandémie
Par: Maxime Prévost Durand

Premier joueur des Gaulois de Saint-Hyacinthe à être rappelé dans la LHJMQ cet automne, Louis-Philippe Fontaine (à gauche) a vécu son baptême junior majeur avec les Huskies de Rouyn-Noranda la semaine dernière. Photo Jean Lapointe - Nature et Action

Un joueur de hockey midget AAA qui va prêter main-forte à l’équipe junior majeur qui l’a repêché le temps d’une fin de semaine, c’est une chose plutôt fréquente en temps normal. Mais en temps de pandémie… est-ce différent? Pas vraiment.

Publicité
Activer le son

D’abord proscrit en début de saison par Hockey Québec, le rappel d’un joueur affilié est rapidement redevenu permis dans la LHJMQ pour les équipes qui ont pu poursuivre leurs activités.

Chez les Gaulois de Saint-Hyacinthe, l’attaquant Louis-Philippe Fontaine est devenu le premier joueur à vivre l’expérience cet automne lorsque ses services ont été réquisitionnés par les Huskies de Rouyn-Noranda la fin de semaine dernière. Le hockeyeur de 16 ans a disputé les trois rencontres à l’horaire de l’équipe entre jeudi et dimanche, lesquelles étaient toutes contre le Drakkar de Baie-Comeau en vertu du calendrier adapté en raison de la pandémie.

Avec deux attaquants blessés, les Huskies ont joint Louis-Philippe le mardi pour lui demander de venir leur prêter main-forte. Un appel auquel il ne s’attendait pas du tout. Le lendemain, le Chamblyen faisait la route jusqu’à Rouyn-Noranda et, dès le jeudi, il sautait sur la glace en compagnie de quelques membres de l’équipe pour une première pratique, avant la rencontre prévue en soirée.

Même s’il passait d’une zone rouge à une zone orange et qu’il intégrait la « bulle » de l’équipe, on ne lui a pas demandé de faire de quarantaine.

« [Avant d’arriver], j’ai reçu un courriel de l’assistant DG pour voir si j’avais eu des symptômes dans les cinq derniers jours ou si j’avais été en contact avec une personne positive à la COVID. Puis, chaque jour, il y avait un formulaire à remplir pour dire si on avait des symptômes », a mentionné Louis-Philippe dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Outre cela, les mesures sanitaires d’usage devaient être respectées, comme le port du masque dans le vestiaire, ce qu’il fait déjà avec les Gaulois lors de leurs entraînements. Le gymnase et la patinoire sont les deux seuls endroits communs où il ne devait pas mettre de couvre-visage.

« Porter un masque, c’est rendu une habitude. À part ça, il n’y avait rien de particulièrement différent à cause de la COVID », a-t-il souligné.

L’excitation du premier match

Même si le contexte était différent de celui qu’il avait pu imaginer pour disputer ses premiers matchs dans la LHJMQ, notamment en raison de l’absence de spectateurs dans l’aréna, Louis-Philippe Fontaine a tout de même vécu avec excitation son baptême junior majeur.

« C’était malade. Le feeling était incroyable de pouvoir embarquer sur la glace et de porter ce chandail », a-t-il lancé avec le sourire dans la voix.

L’excitation était d’autant plus grande puisqu’il s’agissait de son premier match depuis l’arrêt des séries éliminatoires de la ligue midget AAA en mars dernier. Aux prises avec une blessure qui l’a affecté d’août jusqu’à la mi-octobre, il avait raté les quelques matchs préparatoires disputés par les Gaulois en septembre, puis il n’avait pas pu prendre part au camp d’entraînement des Huskies, même s’il s’était rendu à Rouyn-Noranda à ce moment.

« Comme c’étaient mes premiers matchs depuis mars, je me suis dit de garder mon jeu le plus simple possible, d’amener la rondelle au filet et de jouer physique. »

Dès son premier match, il a bénéficié d’un lancer de punition, qu’il n’a toutefois pas réussi à convertir en but. Il a avoué avoir ressenti une certaine nervosité avant de s’élancer du centre de la patinoire. « C’est assez rare d’avoir un tir de pénalité à son premier match junior majeur. J’avais mon move en tête, mais le gardien m’a bien suivi. Mon lancer a frappé sa mitaine. »

Choix de 3e ronde au plus récent repêchage de la LHJMQ, Louis-Philippe Fontaine dit avoir travaillé particulièrement sur sa forme physique dans les derniers mois pour pouvoir avoir ce genre d’opportunité avec les Huskies.

« On me reprochait avant de traîner mon gras de bébé, mais ils ont vu quand je suis arrivé que j’étais en forme. »

Maintenant que la glace est brisée, il espère avoir une nouvelle occasion de porter l’uniforme des Huskies cette saison. Ce ne sera toutefois pas avant 2021 puisque la LHJMQ a annoncé en début de semaine qu’elle mettait ses activités sur pause jusqu’au 3 janvier vu la difficulté de tenir des matchs dans le contexte actuel.

image