9 août 2018
Excellent trimestre pour le marché immobilier résidentiel de Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier
Excellent trimestre pour le marché immobilier résidentiel de Saint-Hyacinthe

Excellent trimestre pour le marché immobilier résidentiel de Saint-Hyacinthe

La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal pour la région de Saint-Hyacinthe, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Pas moins de 195 ventes résidentielles ont été réalisées sur le territoire maskoutain au cours du deuxième trimestre de 2018, ce qui représente une augmentation de 25 % par rapport à la même période en 2017. Il s’agit d’un nouveau record d’activité pour cette période de l’année.

Les ventes ont crû pour toutes les catégories de propriétés résidentielles. Les 128 ventes de maisons unifamiliales conclues d’avril à juin 2018 représentent une hausse de 23 % comparativement à la même période l’année dernière. De leur côté, les ventes de copropriétés sont passées de 32 transactions, au deuxième trimestre de 2017, à 38, au deuxième trimestre de cette année. Finalement, pour la même période comparée, les ventes de plex sont passées de 19 transactions à 28.

Par ailleurs, l’offre de propriétés à vendre a continué de diminuer pour un troisième trimestre consécutif. D’avril à juin 2018, on comptait en moyenne 430 inscriptions au système Centris des courtiers immobiliers, soit 9 % de moins qu’un an plus tôt. « La situation de l’offre et de la demande sur le marché immobilier de la région de Saint-Hyacinthe tend de plus en plus à avantager les vendeurs, explique Stéphane Arès, porte-parole de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour la région de Saint-Hyacinthe. Dans ce contexte, on observe normalement une réduction des délais de vente et une pression à la hausse sur les prix. »

Le délai de vente moyen, toutes catégories de propriétés confondues, s’élevait à 114 jours, soit une forte baisse de 22 jours. Seul bémol, malgré des conditions du marché légèrement à l’avantage des vendeurs, le prix médian des maisons unifamiliales a reculé de 3 % sur un an, à 229 950 $. « Il ne faut toutefois pas voir dans ce résultat une nouvelle tendance, ajoute M. Arès. Les prix avaient augmenté au cours des récents trimestres, parfois de façon prononcée, notamment lors du deuxième trimestre de 2017 (+9 %) avec lequel on se compare. »

En comparaison avec l’ensemble du Québec, Saint-Hyacinthe est l’une des régions ayant connu un excellent trimestre grâce à ses 25 % d’augmentation des ventes résidentielles, devancée par Sainte-Agathe (+47 %), Mont-Tremblant (+39 %), Baie-Comeau (+37 %), Rivière-du-Loup (+35 %) et Granby (+26 %).

image