14 mai 2020
Carte blanche
Excusez-moi, mais…
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

… en ce moment, le docteur Arruda devrait être la dernière personne au Québec, pis peut-être même au monde, à s’excuser de quoi que ce soit. Si ça se trouve, il devrait même s’excuser de s’être excusé. Bon, c’est vrai qu’il y avait un petit quelque chose de grotesque dans la danse virale de notre Horacio national, mais pas autant que son acte de contrition dans une conférence de presse où on venait d’annoncer une centaine de décès.

À mon sens, le gars n’avait pas à faire ça. Il est déjà pardonné puisqu’il fait le pire métier au monde. Et je n’exagère rien. Dimanche dernier, La Presse soulignait qu’avec 142 morts en 24 h, le Québec était au septième rang mondial pour les décès. Pis on n’est même pas un pays!

Arruda a certainement ses torts, mais y en a une belle gang qui devrait s’excuser avant lui. À commencer par le « bon » docteur Barette qui a subtilement fait disparaître son passé de pitbull croisé avec un bulldozer pour devenir un chroniqueur avisé et nuancé!

Ou encore Marguerite « Toujours du bon bord, mais jamais à la bonne place » Blais, la plante décorative la mieux payée de l’univers connu. Ou tous ceux qui ont méprisé les syndicats de profs qui demandaient des masques pour leurs membres BIEN AVANT que le premier ministre recommande fortement d’en porter en sortant de chez soi.

Et enfin, si quelqu’un doit offrir des remords sincères à la nation entière, c’est bien Rod le Stod pour avoir composé cette affreuse chanson par laquelle le scandale est arrivé. L’entendre chanter « On est chanceux d’avoir François Legault/Suspends tous mes droits, j’te donne le go! » m’a procuré plus de malaises que tous les déhanchements du directeur de santé publique même avec une tuque pis un t-shirt trop serré.

image