10 novembre 2011
Défi Kilimandjaro
Exposer sa vie pour les autres
Par: Le Courrier
Les membres du groupe les <em>Tuques orange</em> s'envoleront le 1<sup>er</sup> janvier pour la Tazanie et tenteront d'atteindre le sommet du Kilimandjaro aux profits de la Société canadienne du cancer.

Les membres du groupe les Tuques orange s'envoleront le 1er janvier pour la Tazanie et tenteront d'atteindre le sommet du Kilimandjaro aux profits de la Société canadienne du cancer.

C’est la devise qu’a adoptée les Tuques orange, groupe de dix personnes âgées entre 25 et 45 ans qui partiront le 1er janvier pour relever le grand défi de gravir le Kilimandjaro, plus haut sommet de l’Afrique.

Ayant tous été touchés de près ou de loin par le cancer, les membres des Tuques orange se sont engagés envers la Société canadienne du cancer à leur remettre un minimum de 25 000 $ par l’entremise de défis sportifs.

Depuis le mois de mai, la Maskoutaine Annick Raymond et Yves Chapdelaine, résident de Sainte-Madeleine, tous deux membres des Tuques orange, se préparent donc à faire l’ascension du Kilimandjaro, sommet de 5 895 mètres. Un voyage qui devrait, si le défi est atteint, durer un peu plus de six jours lors de la montée et près de deux jours pour la descente.« On ne peut pas savoir comment on va réagir rendu plus haut. Ce n’est pas parce qu’on est en forme qu’on se rendra nécessairement au sommet. Certaines personnes ne sont tout simplement pas capables physiquement de supporter l’ascension. En attendant, je m’entraîne à l’extérieur deux à trois fois par semaine. C’est le meilleur entraînement, je crois », soutient Annick Raymond.En plus de leur entraînement personnel respectif, les membres du groupe organisent une randonnée de même qu’une activité de levée de fonds une fois par mois, telle l’organisation d’un tournoi de pêche, de golf, ou même, la vente de citrouilles avant l’Halloween. « Notre objectif est d’amasser 100 000 $ pour payer une partie des coûts du voyage et remettre le reste à la Société canadienne du cancer. Le montant qui est accumulé et compté pour l’instant est de 40 000 $ », explique Yves Chapdelaine. Fondé sur le partage de valeurs humanitaires et la volonté de relever des défis sportifs, c’est en 2008, lors du Relais pour la vie du Quartier Dix30 que le groupe des Tuques orange s’est formé. « Alexis Laliberté et moi avons participé à un Relais pour la vie et nous avons beaucoup aimé l’expérience. C’est deux ans après qu’Alexis, Simon Jodoin (membre des Tuques orange) et moi avons rassemblé les autres membres du groupe en vue de participer au Relais pour la vie du Quartier Dix30. Nous devions nous trouver un accessoire pour distinguer notre groupe et je suis tombée sur une liquidation de tuques orange et c’est après coup que nous avons décidé de nous attribuer ce nom », relate Mme Raymond. Pour plus d’information, les dernières nouvelles relatives aux défis sportifs et aux activités de levée de fonds de même que le montant amassé figurent à l’adresse www.tuquesorange.org

image