11 mars 2021
Faire pour le mieux
Par: Maxime Prévost Durand

Même si les derniers mois ont été difficiles à l’Hôtel-Dieu, le Comité des usagers Richelieu-Yamaska, qui renseigne les usagers sur leurs droits et les défend, est d’avis que les personnes en place ont fait pour le mieux dans les circonstances que l’on connaît.

Publicité
Activer le son

« Ça n’a pas été une belle période, je vous avoue, a reconnu la présidente Josée Dubé, lorsque jointe par LE COURRIER. Par contre, est-ce que tout le possible a été fait? Je crois que oui. »

Même si elle reconnaît qu’« aucun décès n’est acceptable », Mme Dubé estime que la première vague a été plus difficile à traverser que la deuxième en raison des nombreux bouleversements occasionnés, bien qu’elle ait touché moins d’usagers. « Ça avait été plus difficile d’avancer, il y avait plus d’inconnu et on avait moins de réponses », a-t-elle souligné. À son sens, l’Hôtel-Dieu « était prêt » à faire face à la deuxième vague.

Un compte rendu était transmis chaque semaine au Comité des usagers et les responsables n’ont pas hésité à « interpeller » les gestionnaires du CHSLD avec des questions et des préoccupations lors de leurs rencontres hebdomadaires, a soutenu Mme Dubé. « On ne pouvait que poser des questions [puisqu’on ne pouvait pas être sur place]. Est-ce qu’on a toujours eu des réponses? Les gens ont fait leur possible. […] Dans le quotidien, il fallait trouver des solutions à chaque situation. »

L’enjeu le plus important de cette deuxième vague a été celui de la main-d’œuvre. « On a tellement de bons employés, mais on n’en a pas assez », s’est-elle désolée. En ce sens, le fait que les proches aidants aient pu continuer de visiter les résidents aura été bénéfique, croit-elle. « Ce qui est important, c’est qu’on apprenne de ça et que ça se vérifie dans les décisions qui viennent par la suite », conclut Mme Dubé.

image