28 mars 2013
Faites le calcul
Par: Martin Bourassa
Publicité
Activer le son

Petite question quiz : combien a coûté la construction du centre culturel en 1967? La réponse se trouvait dans les archives de la Société d’histoire. Je vous le donne en mille : un gros 570 000 $. Une somme importante pour l’époque, mais beaucoup moins que les 24 M$ engagés dans l’échangeur Turcot à Montréal en 67.

En tenant compte de l’inflation depuis 45 ans, sauf erreur, cette somme équivaut à environ 3,9 M$ en argent d’aujourd’hui. Pour un demi-million en 1967, nous avions obtenu sous un même toit une piscine, une salle polyvalente avec scène et discothèque, une salle de massages, un bain sauna, une mezzanine, un casse-croûte, une salle de réception, des bureaux, un laboratoire, deux salles de colloques et un studio d’art plastique, selon les archives de la Société d’histoire. Québec et Ottawa avaient participé au financement à la hauteur de 113 333 $ chacun dans ce projet.Grosse question quiz maintenant : combien coûtera le remplacement du vétuste centre culturel à la Ville de Saint-Hyacinthe? Réponse : beaucoup plus que 3,9 M$.Attachez votre casque de bain avec de la broche, remplacer cet équipement sportif et culturel nécessitera des déboursés de l’ordre de 35 M$ environ.Peut-être plus, mais pas beaucoup moins si on se fie aux expériences récentes de la Ville en matière de construction d’infrastructures de sports et de loisirs.On obtient ce chiffre en additionnant les coûts de construction du centre aquatique (22 M$), l’achat du couvent de la Métairie (2 M$) et son réaménagement (6,1 M$) pour loger une quinzaine d’organismes culturels et les coûts de transformation de l’aréna C.A.-Gauvin (3,5 M$) pour en faire un centre sportif polyvalent pour la pratique du judo, de la boxe, de l’haltérophilie et de la gymnastique. En tout et partout, Québec et Ottawa auront investi 10,6 M$ dans le remplacement du centre culturel. Si on nous avait dit il y a cinq ans qu’il faudrait dépenser 35 M$ pour le remplacer, sans tenir compte des coûts de démolition, nous aurions sans doute été plusieurs à crier au scandale et à exiger un peu plus de sérieux de nos élus et de l’administration municipale.

M.B.

image