9 janvier 2020
Histoire d'ici
Familles maskoutaines (19) – Les Blanchard
Par: Le Courrier

Jean Blanchard. Photo Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH478-14-PI-002-002-0036

Au 386e rang des 1000 premiers noms de famille au Québec, les Blanchard occupent la 19e position de nos familles maskoutaines.

publicité

Le premier acte inscrit dans nos registres paroissiaux au nom des Blanchard est celui de la sépulture de la petite Lisette, décédée le 17 juillet 1777, à l’âge de 7 mois. Elle a été inhumée le lendemain à l’endroit que l’on nomme le « coteau de la Cascade », où sera construite en 1780 la première chapelle en bois. Son père, Pierre Blanchard dit Turenne, veuf de Josèphe Jared, avait épousé à Yamaska, le 16 mai 1774, Marie Galarneau.

Louis Raynaud Blanchard

Né à L’Assomption le 12 mars 1789, il était le fils de Jean-Baptiste Raynaud dit Blanchard et de Madeleine Payette. En 1809, il épouse à Saint-Marc-sur-Richelieu Angélique Poulin. Cultivateur à Saint-Hyacinthe, il fut élu député en 1830. Réélu en 1834, il appuya généralement le Parti patriote. Le 23 octobre 1837, il participa à l’assemblée des six comtés, tenue à Saint-Charles-sur-Richelieu, et proposa même une des résolutions adoptées à cette occasion.

Un mandat d’arrêt ayant été lancé contre lui le 6 décembre 1837, il se réfugia aux États-Unis, d’où il revint le 27 mars 1838. Il accéda au grade de lieutenant-colonel dans la milice en avril 1856. L’année suivante, il épouse à Saint-Barnabé-Sud Marie Hévey. Il est décédé à Saint-Hyacinthe le 9 août 1868, à l’âge de 79 ans et 4 mois. Il fut inhumé deux jours plus tard dans le cimetière de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire.

Albany Blanchard

Dans son édition du 18 septembre 1936, Le Courrier de Saint-Hyacinthe publie : « Les ouvriers catholiques envahissent notre ville durant cinq jours entiers ». Plus de deux cents chefs ouvriers assistaient alors au quinzième congrès annuel de la Confédération des Travailleurs Catholiques du Canada avec, au programme, une messe spéciale à l’Hôtel-Dieu et des séances d’études à la salle de théâtre de l’Académie Girouard. Le mot de bienvenue avait été prononcé par Albany Blanchard, président du Comité Central des Syndicats Catholiques de Saint-Hyacinthe.

Selon mes recherches, il s’agirait d’Albany Blanchard, né et baptisé le 22 août 1891 à la cathédrale de Saint-Hyacinthe, fils de Joseph-Hilaire Blanchard, sculpteur, et de Malvina Sicotte. Le 27 mai 1913, il avait épousé Bernadette Bibeau à la cathédrale de Saint-Hyacinthe. L’acte de mariage mentionne qu’il est menuisier. Il est décédé le 17 décembre 1953, à l’âge de 62 ans.

Jean Blanchard

Deuxième des douze enfants nés du mariage d’Henri Blanchard dit Richer, gérant à la Dominion Rubber, et d’Émilie Filion, Jean naquit à Saint-Jérôme le 3 septembre 1900. Il fait ses études primaires à Montréal et va ensuite travailler avec son père où il apprend le métier de dessinateur de bottes et la confection des patrons.

Le 27 février 1919, il épouse Antoinette Audette à la cathédrale Saint-Jacques de Montréal. On l’envoie ouvrir une succursale à Farnham, puis en 1926 à Acton Vale sous le nom de Eastern Rubber System Inc. Cette usine allait devenir en 1930 Acton Rubber. Lors de la fermeture de l’usine d’Acton Vale en 1929, il vient s’établir à Saint-Hyacinthe où il travaille pour l’agent des bières Black Horse et Dow. En 1931, il devient opérateur à l’aqueduc municipal. En 1943, il est nommé surintendant de l’usine de filtration et de l’usine d’électricité. Il y demeurera jusqu’à sa retraite en 1965.

Il est décédé à Saint-Hyacinthe le 29 juillet 1977 à l’âge de 77 ans et fut inhumé au cimetière Notre-Dame-du-Rosaire. La Ville a honoré sa mémoire en donnant son nom à la rue Blanchard, dans le district Saint-Joseph, La Providence. Elle est parallèle à l’avenue du Moulin.

À suivre : Les Bernard

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image