20 février 2020
Familles maskoutaines (24) – Les Blanchette
Par: Le Courrier

Jean-Baptiste Blanchet, avocat. Photo Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH085 Fonds B.J. Hébert

En 24e position des familles de chez nous, on trouve les Blanchette, qui apparaissent au 71e rang des 1000 premiers noms de famille au Québec.

Publicité
Activer le son

Au début de la Nouvelle-France, on trouve Pierre Blanchet, de Saint-Omer-de-Rosières en Picardie, marié en 1670 à Québec à Marie Fournier, et René Blanchet, de Fontaines au Poitou, marié également en 1670 à Marie Sédilot.

Le 22 octobre 1781, le notaire Letestu paraphe un acte désignant la concession d’une terre située en la seigneurie de Saint-Hyacinthe, par François Noiseux, prêtre et curé de Beloeil, procureur de Dame Delorme, à Joseph Blanchette, de Saint-Hyacinthe.

Au registre de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire, on trouve le 20 février 1788, l’acte de baptême de Marie-Anne Blanchette, fille de Joseph Blanchette et de Marie-Magdelaine Cloutier, née la veille. Cette famille était auparavant originaire de Saint-Denis-sur-Richelieu.

Magloire Blanchet

Né en 1838 à La Présentation, il est le cinquième enfant des dix-sept qu’ont eu Eusèbe Blanchet et Félicité Roberge. Il se marie à Saint-Aimé en 1862 à Clothilde Lagrandeur. Le couple a eu quatre enfants et s’installe à Saint-Hyacinthe entre 1864 et 1871.

Sellier de métier, Magloire Blanchet possède une boutique où il fait la fabrication et la vente de harnais, selles, brides et fouets. La boutique est située sur la rue Cascades, dans un bâtiment qui est la propriété de Camille Lussier, et Blanchet occupe le logement du côté gauche de la maison. Son voisin de droite est Olivier Brodeur. À droite de cette maison se trouve l’imprimerie du Courrier de Saint-Hyacinthe.

Magloire Blanchet, ayant des problèmes financiers, avait offert à plusieurs, dont son frère Hugues, de mettre le feu, espérant toucher le montant de ses assurances. Le 3 septembre 1876, une grande partie de la ville a été détruite par cet incendie d’origine criminelle. Magloire Blanchet a été condamné à sept ans de pénitencier, à titre d’incendiaire. Il n’est jamais revenu à Saint-Hyacinthe. La ruelle du 3 septembre, entre les rues Girouard et Cascades, commémore ce tragique événement.

Jean-Baptiste Blanchet

Né en 1852, à Saint-Damase, il est le fils d’Alexis Blanchet et d’Angèle Senay. À 16 ans, il quitte le Québec pour aller travailler aux États-Unis. À l’âge de 22 ans, il entreprend ses études classiques en 1873, au Séminaire de Saint-Hyacinthe et au Collège Sainte-Marie-Monnoir, à Marieville, en 1875.

Devenu avocat en 1883, il exerce sa profession à Saint-Hyacinthe à l’Étude Blanchet, Beauregard & Delage, au 167 de la rue Girouard, angle Saint-Denis. Procureur de la Ville de Saint-Hyacinthe, il est échevin du quartier numéro 3, de 1899 à 1901. Candidat défait dans le comté de Bagot aux élections provinciales de 1897.

Homme d’affaires averti, il a investi dans plusieurs manufactures, en plus d’être un grand propriétaire foncier. En 1904, il devient le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Saint-Hyacinthe. Sa maison était située au 8 rue Rosalie, aujourd’hui le 800 avenue de l’Hôtel-de-Ville. Élu député libéral à la Chambre des communes en février 1904, il décède tragiquement le 31 août suivant, à l’âge de 51 ans, dans un accident ferroviaire survenu à Richmond, dans les Cantons-de-l’Est. Il laissait dans le deuil son épouse, Agnès Logan. La rue Blanchet, près de l’hôpital, a été nommée pour honorer sa mémoire.

Sœurs Blanchette

La congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe a eu dans ses rangs quatre femmes nées Blanchette et originaires de notre région : Évangéline Blanchette, de La Présentation, en religion, sœur Marie-du-Saint-Sacrement, 1897-1981, Florence Blanchette, de Sainte-Madeleine, en religion, sœur Sainte-Euphémie, 1909-2011, Gemma Blanchette, de La Présentation, en religion, sœur Gemma-de-Jésus, 1915-2009, et Irène Blanchette, de Saint-Liboire, en religion, sœur Henri-de-Saint-Joseph, 1926-2014.

À suivre : Les Martin

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image