11 mars 2021
Histoire d’ici
Familles maskoutaines (37) – Les Girard
Par: Le Courrier

L’abbé Alphonse Girard. Photo Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH001 Séminaire de Saint-Hyacinthe

Occupant la 37e place au rang des familles maskoutaines, les Girard se hissent en 8e position du répertoire des 1000 premiers noms de famille du Québec.

Publicité
Activer le son

Le premier mariage d’un Girard en Nouvelle-France est celui de Joachim, originaire de Normandie, qui épouse Marie Halay à Québec en 1660, avec qui il a sept enfants. Il épouse en secondes noces Jeanne Chalut à Québec en 1676, avec qui il a neuf enfants. Il est décédé à Québec entre 1708 et 1712.

À Saint-Hyacinthe, c’est également un Joachim Girard, né à Baie-Saint-Paul en 1772, fils de Louis-Antoine Girard et de Marie-Anne Bureau, qui est inscrit au registre de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire le 8 août 1796. Il prend alors pour épouse Marie Charron, fille d’Archange Charron et d’Élisabeth Végiard. Ils ont onze enfants, dont plusieurs sont décédés en bas âge.

Stanislas Girard

Né en 1882 à Sainte-Rosalie, il est le quatrième des douze enfants de François Girard et de Thaïs Beauregard. Le 3 septembre 1906, il y épouse Rose-Anna Corbeil, fille d’Alfred Corbeil et d’Arzélie Leblanc, avec qui il aura lui aussi douze enfants.

En 1923, il est élu maire de Sainte-Rosalie, poste qu’il occupe jusqu’à son décès. Son épouse l’a précédé dans la mort en 1934, à l’âge de 46 ans. Stanislas est décédé en 1941, à l’âge de 58 ans, après une longue maladie. M. Girard avait également deux neveux dans les ordres : messieurs les abbés Louis-Émile Girard, curé à Rochebaucourt en Abitibi, et Alphonse Girard, du Séminaire de Saint-Hyacinthe.

Alphonse Girard

Né à Sainte-Rosalie en 1915, il est le fils d’Hector Girard, marchand, et d’Albina Désautels. Il fait ses études classiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe et sa théologie au Grand Séminaire de Saint-Hyacinthe. Il est ordonné en la cathédrale de Saint-Hyacinthe par Mgr Fabien-Zoël Decelles le 3 juin 1939.

Auxiliaire et professeur au Séminaire de Saint-Hyacinthe de 1939 à 1944 et au Grand Séminaire de Saint-Hyacinthe de 1944 à 1947, il part ensuite étudier la théologie à Rome d’où il revient docteur en théologie en 1949. À nouveau professeur, il devient procureur, puis directeur spirituel au Grand Séminaire de Saint-Hyacinthe.

En 1965 il est nommé curé de Sainte-Brigide-d’Iberville et, un an plus tard, à Mont-Saint-Hilaire. Il a été curé de la paroisse du Précieux-Sang de Saint-Hyacinthe jusqu’en 1975 avant de terminer sa vie active comme aumônier des Sœurs de Saint-Joseph. Il est décédé le 25 novembre 2000 et a été inhumé dans la crypte du Séminaire.

Conrad Girard

Aîné des onze enfants de François-Xavier Girard et de Rose-Alba Côté, il est né à Sainte-Rosalie le 5 mars 1900. En 1923, il y épouse Florence Labonté qui lui donnera onze enfants. En 1934, il habite au 2e Rang et achète l’étal de boucherie de monsieur Honoré Corbeil.

En 1931, il est élu par acclamation au poste de conseiller à Sainte-Rosalie, poste qu’il conservera jusqu’en 1951. En plus de sa boucherie, il a aussi vendu du bois de chauffage. M. Girard est décédé le 7 juin 1980 à l’âge de 80 ans. Son épouse Florence est décédée le 10 février 1992, à l’âge de 92 ans.

Soulignons que leur fils Grégoire, né en 1925, arpenteur-géomètre de profession, a été le père de la grande fusion municipale en 1976, étant alors maire de Saint-Hyacinthe depuis 1971. On lui doit également l’initiative de l’acquisition par la Ville de ce vaste espace vert qu’on connaît aujourd’hui sous le nom de parc Les Salines. Il est aussi le président fondateur du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.

À suivre : Les Laplante

image