23 août 2018
Familles maskoutaines (5) – Les Beauregard
Par: Le Courrier
Une gracieuseté du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.

Une gracieuseté du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.

Au Québec, la famille Beauregard se situe au 177e rang des 1 000 premiers noms de famille. En sol maskoutain, elle se hisse au 4e rang, selon les inscriptions dans nos registres paroissiaux. 

Dès 1764, le nom Beauregard apparaît chez nous. Entre le 9 et le 19 mai de cette année, quatre d’entre eux ont obtenu du seigneur Hyacinthe Delorme « une terre et concession sise et située au sud de laditte seigneurie de St-Hyacinthe, de contenance de trois arpents de front sur trente de profondeur, prenant par un bout à laditte rivière d’Yamaska, en profondeur aux terres non concédées ».

Ces nouveaux censitaires sont Louis, François, Charles et Michel Beauregard. La lecture de ces actes ne nous permet cependant pas d’identifier leur origine ni un quelconque lien de parenté. Par contre, ils mentionnent qu’ils ont tous délaissé leur concession.

En 1768, Jean-Baptiste Jared dit Beauregard reçoit les lots 320 et 321, au nord de la rivière Yamaska. Selon toute vraisemblance, il s’agit de celui qui, né en 1745 à Saint-Charles-sur-Richelieu et veuf de Madeleine Couturier, épouse en secondes noces Louise Languirand à Yamaska le 3 février 1777. Le couple donnera naissance à huit enfants, tous baptisés à Saint-Hyacinthe entre 1778 et 1792.

Jos Beauregard

Né le 28 juin 1901 à Taftville au Connecticut, fils de Joseph Beauregard et Malvina Bernier, c’est en 1924 que Jos Beauregard a ouvert son commerce en gros de tabac, cigarettes et bonbons au 229, rue Concorde à Saint-Hyacinthe. Le 9 février 1926, il épouse Anna Grégoire à Saint-Jude. Deux enfants sont nés de cette union, Robert et Yolande. Anna décède le 10 avril 1945, à l’âge de 46 ans.

Le 27 janvier 1966, Jos épouse en secondes noces Yvette Ferron en l’église du Christ-Roi de Saint-Hyacinthe, employée de longue date au département des bonbons. En 1974, le maire Grégoire Girard invite Jos Beauregard à signer le livre d’or de la cité pour souligner les cinquante ans de son entreprise. Joseph est décédé à Saint-Hyacinthe le 22 avril 1979, à l’âge de 77 ans. L’entreprise existait toujours en 1982, mais a cessé ses activités quelques années plus tard.

Maurice Beauregard

Né en 1902 à Saint-Damase, fils de Wilfrid Beauregard et de Clérinda Martin, il épouse Alice Langevin à Saint-Hyacinthe en 1927. Il apprend le métier de boucher de son beau-père Frank qui a sa boucherie à l’angle des rues Héloise (Dessaulles) et De La Bruère. En 1938, il a son propre étal au Marché-Centre de Saint-Hyacinthe. Son épouse décède en 1940 à l’âge de 39 ans. En 1946, il épouse en secondes noces Robertine Labrie. Résidant dans le village de Saint-Joseph, il s’y implique politiquement. Le 20 mai 1958, il est assermenté au poste d’échevin. Il y préside différents comités : voirie, construction, électricité, finances, aqueduc, jusqu’à la fin de son terme en 1963. Ayant pris sa retraite en 1973, il est décédé en 1982, à l’âge de 80 ans. La rue Beauregard du quartier Saint-Joseph a été nommée en son honneur en 1963.

Pierre-Paul Beauregard

Fils de Laurent Beauregard, cultivateur, et de Simonne Lussier, Pierre-Paul naît à Saint-Damase en 1929, deuxième de cette famille de neuf enfants. Il fait ses études au Séminaire entre 1943 et 1951, puis sa théologie avant d’être ordonné prêtre en 1954. Il exerce son ministère pastoral dans l’animation des mouvements d’action catholique et d’action sociale, tant auprès des jeunes que des adultes. Il enseigne également la sociologie et le syndicalisme agricole. En 1970, il est relevé, à sa demande, de ses obligations sacerdotales. En 1971, il épouse Thérèse Barnabé, qui décède en 1986. Premier directeur général de la commission de formation professionnelle de la Montérégie, il est ensuite directeur des Services d’éducation aux adultes avant de terminer sa carrière en tant que secrétaire général du Cégep de Saint-Hyacinthe. Il s’est également impliqué à titre de conseiller municipal de la Ville de Saint-Hyacinthe, de président de la Chambre de commerce de Saint-Hyacinthe et de vice-président du conseil d’administration du Collège Antoine-Girouard. Veuf de sa deuxième épouse Thérèse Côté, décédée en 2004, il s’éteint au Séminaire de Saint-Hyacinthe le 25 décembre 2017, à l’âge de 88 ans.

À suivre : Les Brodeur

image