23 septembre 2021
Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe
Familles maskoutaines (50) – Les Picard
Par: Le Courrier
Le cycliste Raymond Raîche et Paul Picard à droite, en 1960.
Photo Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH548

Les Picard occupent le 104 e rang des 1000 premiers noms de famille du Québec. Chez nous, on les retrouve en 50 e position des familles maskoutaines.

Publicité
Activer le son

Selon l’Association Québec-France, le premier Picard en Nouvelle-France est Hugues Picard dit Lafortune, né vers 1627, scieur de long, originaire de la Bretagne en France. Arrivé à Montréal en 1653, il y épouse en 1660 Anne-Antoinette de Liercourt, veuve de Blaise Juillet. De cette union vont naître cinq enfants. Hugues Picard décède à Montréal en 1707.

PIERRE PICARD

Né le 21 septembre 1751 à Montréal, il est le septième enfant de Jacques Picard et de Josephte Bougret. Il devient plus tard le quatrième curé de Saint-Hyacinthe. Le 14 décembre 1799, le jeune seigneur Hyacinthe-Marie Delorme concède « à Messire Picard, Ptre. et Curé de la Paroisse de St. Hyacinthe un emplacement sis et situé au village de St. Hyacinthe de quatre-voingt pieds de front sur cent soixante-deux pieds dans la ligne du nord-est et de cinquante pieds tenant par devant à la rue St. Antoine, par derrière à la Rivière d’un coté à la rue d’autre coté à Mr. Frs. Fortin. »

Durant les premières années de son administration curiale, le curé se charge de donner à son église, construite en 1796, le décor qui convient à la maison de Dieu. Ces travaux accomplis, il songe à construire un presbytère plus confortable. En 1805, il tombe gravement malade et rend son âme au Seigneur le 26 mai, âgé d’à peine 54 ans. Ses funérailles sont chantées deux jours plus tard, au milieu d’un grand concours de fidèles. Le curé Antoine Girouard sera son successeur.

ERNEST-OVIDE PICARD

Né à Saint-Hyacinthe le 16 juin 1889, il est le fils de Jean-Baptiste Picard, boucher au Marché centre, et de Clarinda Morin. Il étudie à l’école paroissiale de Saint-Thomas-d’Aquin, puis au Collège Sainte-Croix de Farnham et enfin au Séminaire de Saint-Hyacinthe. Agent de ville au département des passagers, il travaille pour la Central Vermont, l’Intercolonial, le Grand Tronc et pour le Canadien National. Le 7 mai 1912, il épouse Robéa Lapierre à la cathédrale de Saint-Hyacinthe. Elle décède le 30 octobre 1918 et il se remarie le 11 mai 1920 à Alice Bourgeois, fille du chef de police Adjutor Bourgeois.

En 1929, il est élu échevin au Quartier no. 3 à Saint-Hyacinthe. En 1945, il devient le quinzième maire de la Ville, poste qu’il occupera jusqu’en 1958. Candidat libéral à l’Assemblée législative pour le comté de Saint-Hyacinthe en 1944 et 1948, contre Ernest-Joseph Chartier, il est défait à deux reprises. En 1918, il est juge de paix pour le district de Saint-Hyacinthe. Il s’est éteint le 25 septembre 1971, à l’âge de 82 ans. La rue Picard a été nommée en son honneur.

PAUL PICARD

Né à Saint-Hyacinthe le 29 mars 1915, il est le deuxième des sept enfants d’Honoré Picard et d’Aline Doyer. C’est à 15 ans qu’il enfourche son premier véloIl prend part à 55 courses importantes où il obtient 32 fois la première position. Devenu professionnel en 1936, il fonde en 1940 le Club Cycliste Picard. En 1941, il ouvre un petit atelier, rue Bourdages à La Providence, qui devient vite le plus important de la région maskoutaine. Le 25 février 1946, Paul Picard épouse Réjeanne Leduc en l’église du Précieux-Sang de La Providence. Le célèbre cycliste maskoutain est décédé le 7 août 1993, à l’âge de 78 ans.

image